LA VOIE DU ฿ITCOIN

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 23 avril 2019

89 - Renaître ?

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame a fourni une occasion de réfléchir à de nombreux sujets. J’avoue avoir été troublé de réaliser que j’en avais déjà abordés plusieurs ici, et assez récemment : ainsi sur ce qu’est un monument, mais aussi sur les rapports profonds de l’art et de l’argent.

Au risque (assumé) de passer pour un petit métaphysicien du bitcoin, je voudrais partager ici quelques pensées, généralement douloureuses, et dont certaines ne concernent pas si indirectement que cela ceux qui suivent « la Voie du Bitcoin ». Assez pour que, dès le lendemain à 6 heures du matin, j’ai commencé à réfléchir avec Grégory Raymond (journaliste à Capital) à l’opération « Notre Dame des Cryptos » à laquelle vous pouvez participer en cliquant sur le bouton en haut à droite. Parce que ce qui est numérique n'éloigne jamais de ce qui est vrai.

le_scan_ND_2010.jpg Image 3D Andrew Tallon, 2010

Lire la suite...

lundi 22 avril 2019

88 - Remède contre l’hystérie numérique

remede contre l'hystérie numériqueVoici un livre où le mot « bitcoin » est inconnu, et où le mot « blockchain » n’apparaît qu’une fois, explicité en bas de page de façon plutôt expéditive. Je pense quand même qu’il a de nombreux développements de nature à nous intéresser. Les deux auteurs, que je ne connais pas, ont de solides références, et une expérience commune d’enseignement à Sciences Po qui leur permet de maintenir un précieux contact avec les rêves (et les illusions) des plus jeunes. Au risque d’assumer, parfois, le mauvais rôle de l’aîné sceptique et ronchon, ils passent un utile décapant sur l’épaisse couche de lieux communs qui recouvre presque tout ce qui se dit et s’écrit en matière de « révolution numérique ». Avec quelques considérations que les plus prudents prendront la soin de méditer.

Lire la suite...

lundi 1 avril 2019

87 - L'étalon Bitcoin

Il est bien difficile de publier un compte-rendu de lecture d’un ouvrage qui a, lors de sa publication en 2018, reçu de tels éloges de certains de nos amis*, tout heureux d'avoir enfin un économiste pour clamer que Bitcoin était de la vraie monnaie et même l'étalon futur des vraies monnaies. C'est plus difficile encore d’exprimer des réserves quand l’éditeur de la traduction française vous en a gentiment adressé un exemplaire pour revue.

Ammous édition françaiseL’excellente préface du délicieux Nassim Taleb, avec son ironie de dandy sur les experts, m’encourage cependant à me laisser aller, ni plus ni moins autorisé que tout un chacun. Au passage, saluons sa belle définition de Bitcoin comme « police d’assurance contre un futur orwellien ».

« L’Histoire » nous dit dès son prologue S. Ammous « quand elle est examinée attentivement, peut prédire l’avenir ». Voilà le premier caillou sur lequel je bute. Éclairer le présent, projeter même une lumière sur le futur, suggérer des schémas, pressentir des risques… oui. Prédire l’avenir, aucun historien ne dira cela. En outre S. Ammous n’est pas historien, il le confesse lui-même juste après : il est économiste ayant suivi une formation d’ingénieur. Il va pourtant livrer en ouverture 70 pages d’analyse historique qu’il nous faut tenter de juger sans trop d’a priori.

Lire la suite...

dimanche 3 mars 2019

86 - Cryptocommunisme ?

Cryptocommunisme Alizart 2019Voici un petit livre qui peut soit enflammer l’imagination soit faire grincer les dents, selon que le lecteur se montrera ouvert à d’autres pensées ou bien droit dans ses bottes, lesquelles n’auront souvent foulé qu’un seul chemin.

Mark Alizart poursuit celui qu’il a commencé de parcourir avec Informatique céleste sur des sentiers hégéliens. Et fort logiquement cela le mène à Marx.

Lire la suite...

mardi 25 décembre 2018

85 - Pontifex : du caractère sacré des infrastructures

Le successeur de saint Pierre porte toujours un titre qui aurait sans doute fort étonné l'apôtre : Souverain Pontife. Ce titre très ancien, datant de la république romaine, a été repris, adapté et conservé à travers les siècles. Il a fait son entrée dans la modernité, puisque le compte twitter officiel du pape, créé le 12 décembre 2012 par Benoit XVI et qui compte plus de 40 millions de suiveurs dans différentes langues, est @pontifex.

Le mot est chargé d'une très forte symbolique dont une récente et dramatique actualité me laisse penser qu'elle est riche d'enseignements sérieux et qu'elle nous concerne aujourd'hui.

Bulle d'Innocent IV pape de 1243 à 1254Pontifex apparait sur des monuments, des médailles et des écrits, diversement abrégé, et parfois évoqué d'une seule lettre. C'est le cas sur les sceaux de plomb dont les papes se servaient pour sceller leurs « bulles ». Leur modèle n'a pas évolué dans l'histoire, avec le nom du souverain suivi de PP pour Pontifex et Pastor et de son numéro.

Lire la suite...

dimanche 2 décembre 2018

84 - Sédition ?

Le mot de « révolution » est tellement usé que l'on est bien obligé d'en trouver un autre quand l'événement surgit et surprend. Il a servi pour la mode, pour le management, pour le marketing et généralement de façon tellement futile que celui qui réfléchit au sens des mots ne peut s'empêcher de noter qu'au terme normal d'une révolution on se retrouve exactement où l'on était au début. Voire où l'on était autrefois, les réactionnaires de tout poil ne manquant jamais de se dire révolutionnaires.

la révolution JP Goude en 1989

Monsieur Castaner vient de ressortir, après les termes d'agitateurs, factieux et j'en passe celui de « séditieux ». Un mot présent dans le Code Pénal de 1810 mais absent de l'actuel. On lira sur le site de LCI un analyse de ce terme, plus étranger que français.

Notons que ce même mot fut utilisé par le général De Gaulle contre les putschistes d'Alger (en 1962) après l'avoir été 4 ans plus tôt par François Mitterrand, pour décrire les conditions un peu particulières du retour aux affaires du même général. Utilisé au soir d'une journée d'émeute parisienne comme notre histoire en a connu des centaines, avec des voitures brûlées (que l'on va s'appliquer à mettre en relief, comme on s'attelle à minimiser celles, bien plus nombreuses, de tous les 1er janvier depuis des années) et quelques tags (effacés dès le lendemain matin en commençant curieusement par les « Macron démission »), le terme ne montre pas seulement une crispation compréhensible du pouvoir, mais aussi une forme d'incompréhension crispante de celui-ci.

un gilet jaune en 2018

Lire la suite...

mercredi 31 octobre 2018

83 - Trick or Treat

La planète crypto fête ce soir les 10 ans de Bitcoin. Avec mes amis Adli Takkal Bataille et Benoit Huguet nous avons marqué l'événement (avec quelques jours d'avance) en publiant Bitcoin Métamorphoses, un titre qui donne une idée du caractère plastique, protéiforme, mouvant, évolutif de notre étonnant jeton monétaire.

anniversaire ou carnaval ?Ce matin, Ledger proposait son wallet en édition commémorative. A midi, ce 31 octobre France Inter a célébré cet anniversaire et le soir même on a entendu Adli et Renaud Lifchitz se débattre à l'émission au « le téléphone sonne » face au vieux scepticisme d'auditeurs encore mal informés, tandis que tous les téléphones des rares experts un peu médiatiques sonnent à l'unisson.

Muette depuis le tant célébré effondrement du bitcoin l'hiver dernier, la presse se réveille en effet. Tiens Bitcoin existe toujours? Il pourrait détruire la planète en réchauffant l'atmosphère s'il atteignait des millions. Si on craint cela c'est qu'on songe un peu au million...

Happy birthday Mr (or Mrs) Bitcoin ! Mais faut-il vraiment présenter les voeux ce soir, ou demain matin? Et en quoi cette date pourrait-elle faire signe vers autre chose que vers la faillite de Lehman Brothers, qui apparait peut-être de façon abusive dans tous les récits de la genèse ?

Lire la suite...

samedi 25 août 2018

82 - Les Minquiers : parabole vacancière

Parmi les propos qui reviennent régulièrement chez nos dirigeants quand il s'agit du cyberespace, figure en bonne place une mâle volonté d'y affirmer la souveraineté française. C'est une ambition mal définie dans laquelle se mêlent la volonté de garder à l'État français le monopole du fichage de ses résidents, la traque fiscale des (petits) fraudeurs et un peu de contre-propagande bien illusoire.

vue aérienne des MinquiersMoi, le cyberespace me fait toujours songer à la mer ; et en été la mer je la vois au coin de la rue. Toutes proches, les îles de la Manche sont « des morceaux de France tombés dans la mer et ramassés par l'Angleterre » comme le disait Hugo exilé à Guernesey, chez qui j'avais déjà trouvé en 2014 des petits indices ésotériques pour comprendre Bitcoin. Car je n'oublie jamais Bitcoin, même en bord de mer.

Seulement si Jersey et Guernesey sont tombées du char de l'Etat parce qu'en 1204 un roi de France, satisfait d'avoir récupéré la Normandie, les avait tout bonnement oubliées, les petits rochers des Minquiers ont échappé à la souveraineté française en plein 20ème siècle.

Et pas vraiment, comme on le lit un peu partout (et même sur Wikipedia) parce que des vieilles chartes en latin auraient convaincu la Cour de Justice de la Haye, le 17 novembre 1953, des bons droits de la Couronne d'Angleterre. En réalité, la France s'est montrée fort incapable d'établir ou d'assurer sa souveraineté à 10 miles de ses côtes. Et cela non sans conséquences fâcheuses bien au-delà de l'honneur froissé...

Une leçon de modestie (le lecteur courageux verra qu'elle s'achève dans les toilettes) parfois désopilante, mais aussi une parabole très instructive pour des autorités qui rêvent toujours de sillonner toutes voiles dehors la haute mer du cyberespace au lieu de s'atteler concrètement, en actes et non de façon verbeuse, à doter notre pays des moyens de devenir un véritable port numérique!

Lire la suite...

jeudi 16 août 2018

81 - Le Rapport de l'Office Parlementaire

L'illustration de ce compte-rendu (il en fallait bien une pour détendre un peu le lecteur courageux !) est composée de quelques bustes de députés caricaturés jadis par Honoré Daumier. Les honorables parlementaires d'aujourd'hui ne m'en voudront pas : ces bustes ayant été acquis par l'Assemblée, ils doivent eux-mêmes trouver cela amusant. Et l'Assemblée à qui j'ai emprunté les clichés ne m'en voudra pas non plus...

le rapport de l'Office Parlementaire d'Evaluation des choix scientifiquesLe rapport intitulé Comprendre les Blockchains co-signé par trois rapporteurs (les députés Valéria Faure-Muntian et Claude de Ganay, et le sénateur Ronan Le Gleut) mérite un examen attentif. L'Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques est un organe d’information commun à l’Assemblée nationale et au Sénat, composé paritairement de 18 députés et 18 sénateurs et qui a pour mission d’informer le Parlement des conséquences des choix de caractère scientifique et technologique. Il est présidé par M. Gérard Longuet, qui s'était heureusement illustré lors d'une audition au Sénat des représentants de la Banque de France (séquence culte) et peut être considéré comme raisonnablement bienveillant. Son intervention en conclusion (page 187) contient une pépite : supprimer le tiers de confiance lui apparait comme « une idée relativement séduisante, de nature à remettre en cause les organisations administratives ou privées tout en apportant une réponse convaincante ». Diable !

Lire la suite...

lundi 13 août 2018

80 - Vers de nouvelles chaînes de valeur

(Tant mon compte-rendu que mes illustrations n'engagent que moi, évidemment !)

Ouvrage Blockchain AccuracyVoici un ouvrage curieux, un peu inattendu. Un petit pavé de près de 300 pages, publié non par une maison d’édition mais par le cabinet de conseil financier Accuracy et principalement rédigé par trois consultants co-fondateurs de l’initiative Blockchain dans ce cabinet attaché à la « mixité des savoirs » : Martin Della Chiesa (IEP Strasbourg qui a commencé sa carrière comme moi-même au sein de l’inspection générale d’une banque) François Hiault (ISAE Supaéro) et Clément Tequi (ESCP). L’économiste libéral Nicolas Bouzou et le philosophe (ENS-Lyon) Thibaut Gress ont aussi phosphoré. Ainsi bien des sujets sont couverts, et l'ampleur du plan est impressionnante.

Lire la suite...

- page 1 de 9