Citons en premier lieu parmi les lauréats les doubles prix Nobel / prix Tulipe :

la double peine ?

Parmi ceux qui comptent le prix Tulipe a été attribué à :

  • Jean-Pierre Landau qui, dès 2014, alors qu'il était sous-gouverneur de la Banque de France, a écrit dans le FiTi que Bitcoin était « la tulipe du 21ème siècle». Il a depuis lors été chargé, en janvier 2018, par le ministre Bruno Lemaire d'une mission d'études sur les cryptomonnaies.
  • remise du prixJean-Claude Trichet, ancien patron de la BCE pour son allusion aux tulipes dans une interview au Temps le 8 novembre 2017 ;
  • Cyril de Montmarin, Associé gérant de Rothschild & Cie pour son article du 8 octobre 2017 dans les Echos, "Monnaies 2.0 ou bulbes de tulipes ?" ;
  • Jean-François Faure (Aucoffre.com) pour son article " Bitcoin : la question n'est pas de savoir si la bulle va éclater mais quand" sur Challenges le 13 novembre 2017 (voir son commentaire charmant ci dessous ! );
  • Robert Haddad (Banque SBA,et CFAT) pour son interview du 29 novembre 2017 sur Capital.
  • Alain-Pierre Fischer, CEO du pôle Global Banking & Investor Solutions du groupe Société Générale pour un article publié le 15 janvier 2018 et qui réserve les tulipes pour sa conclusion.
  • Emmanuelle Assouan, adjointe au Directeur des moyens de paiement de la Banque de France, faisant un récit fort vague appuyé sur un graphique imaginaire, devant la commission des Finances du Sénat, le 7 février 2018
  • au rédacteur anonyme du Focus n°16 de la Banque de France qui répète cela avec une courbe bidonnée où le tracé en pointillé par Earl Thomson ( quand on entre dans un marché d'options) devient un tracé en plein (comme pour un marché comptant). Ce réquisitoire au vitriol a eu les honneurs d'un article un peu ironique de Capital. Comme quoi le mieux est l'ennemi du bien, et il faudra apprendre à se montrer plus subtil contre Bitcoin.
  • à Mme Michala Marcussen, Chef Economiste du Groupe et Directrice des Etudes économiques et sectorielles, pour son article dans Banque & Stratégies n°366 de février 2018, où elle semble prendre ce faiseur de Mackay pour une référence historique. A lire pour quelques idées originales (" il faut une cryptomonnaie qui constitue la base monétaire et une autre qui constitue la monnaie scripturale") : OK mais la base monétaire, c'est le Bitcoin ? à suivre...
  • à M. Olivier Klein, patron de la BRED et prof à HEC qui n'hésite pas à théoriser (il a raison) sur l'utilité d'une vision historique pour juger de l'innovation, mais commence son speech par la tulipe et enchaine en confondant monnaies privées et monnaies communes. C'était aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence en juillet 2018, et toute la séquence est une navrante confrontation des anciens pompeux et satisfaits et de modernes légitimement inquiets.

Parmi ceux qui causent il a aussi été attribué à :

Vous avez peut-être remarqué la fréquence étonnante du prénom Marc parmi nos lauréats ? Je ne l'ai pas fait exprès, et ne l'ai notée qu'en rédigeant cette page. Mais c'est une unité de poids, permettant de mesurer ce qui est lourd...

Il n'y a pas (encore) de remise solennelle du Prix Tulipe, mais cela viendra. Je vais demander au roi Willem-Alexander si cela lui plairait. Après tout la tulipe est hollandaise, et lui-même est chef de la Maison d'Orange, une allusion colorée plutôt bienvenue. En tout état de cause, seul un monarque légitime régnant paisiblement sur un État ayant fait de Bitcoin sa monnaie légale me parait envisageable.

le prix tulipe remis par le chef de la Maison d'Orange ?