S'il m'a quand même fallu quelques minutes pour songer au jeu de mot qui forme le titre de ce billet, je dois dire que le côté Tintin et le bitcoin m'a véritablement sauté aux yeux dès la première page, qui commence par une tragique disparition de wallet. Tisseron (dont le livre vise à reconstituer le drame généalogique d'Hergé) note avec une grande pertinence que ce vol se situe au marché aux Puces, cimetière des souvenirs oubliés. Dans ma propre optique, le même lieu me paraît une métaphore transparente de la plus ancienne économie : produire des objets et les échanger en cash.

perte du wallet
Ce petit incident servira plus tard à l'intrigue qui se noue lorsque Tintin fait l'acquisition aux Puces d'une maquette de bateau qui déclenche immediatement une forme de spéculation inexplicable.
une valeur purement spéculative?
Pourtant l'objet prend très vite de la consistance romanesque : le vaisseau en question se trouve être exactement celui qui sert de toile de fond au portrait d'un ancêtre du capitaine Haddock. Tandis que Tintin regarde le tableau, on cambriole son appartement pour dérober la maquette. Ce second vol, qui va s'avérer symétrique d'un vol de portefeuille , est une seconde preuve de sa valeur.
un étrange vaisseau
À moins qu'il ne faille voir ici le caractère très accessoire de la matérialité du support par rapport à l'information codée contenue. Car en vérité ce n'est pas le bateau qui est intéressant mais ce que sa maquette contenait : un petit message !
message à clé
Or le même jour, le Capitaine tout aussi embarqué dans cette nouvelle aventure, a lui aussi fouillé dans son grenier (dans sa mémoire remarque Tisseron) et retrouvé les souvenirs de son illustre aïeul. Et qu'a-t-il trouvé en vérité ?
une lecture excitante
En réalité, comme le secret n'est pas celui du bateau mais de son capitaine, le fabuleux trésor qui constitue le secret de l'affaire n'est pas non plus celui de Rackham le Rouge. Certes le pirate a transporté sur le vaisseau royal son trésor, mais il l'avait volé trois jours plus tôt à un vaisseau du roi d'Espagne. Comme quoi le problème de traçabilité ne date pas d'hier. S'ensuit le récit des tribulations de l'ancêtre : il réussit à se débarrasser des pirates en faisant sauter le vaisseau, il saute à la mer, survit comme un Robinson sur une île puis revient plus tard en France, où avant de mourir il a le temps de confectionner trois petites maquettes de la Licorne, qu'il lègue à ses trois fils.

Même un autre que Tintin aurait compris que les deux autres maquettes doivent contenir des messages similaires, et que l'on est sur la piste du trésor que le pirate a volé au roi d'Espagne, et que le marin de Louis XIV ne semble n'avoir songé à rendre ni à celui-ci ni à celui-là. D'ailleurs même l'honnête Tintin n'envisage pas que le trésor puisse avoir de légitime propriétaire. Que peut-on en déduire?
de quoi payer la rançon d'un roi?
On comprend ici qu'il existe une valeur, voire une monnaie (Racakham dit bien payer) qui n'est pas au roi qui n'est ni frappée de son effigie ni destinée à financer (et moins encore à rembourser) ses dettes. Au 1er avril dernier le site Bitcoin.fr avait imaginé que la Commission Européenne lançait un ''eurocoin'' dont la quantité totale était fixée à 21 milliards et dont la moitié devait être pré-minée pour effacer progressivement les dettes souveraines des États membres... Personne, curieusement, n'a souhaité explorer l'idée au delà de la blague.

Le trésor du pirate est à qui en possède l'adresse. Reste donc à trouver les autres petits messages, ce qui occupe quelques pages, curieusement scandées par des vols à répétition de portefeuilles contenant les précieuses adresses.
vols en série
Enfin les trois messages à clé sont réunis, et, superposés, livrent la clé du mystère : et cette clé semble être l'emplacement (l'adresse?) physique du trésor épave ou île déserte.
trois clés
toute la lumière
Reste donc à trouver l'épave au bout du monde, ce qui fait l'objet du second album où apparaît pour la première fois Tournesol, venu proposer un petit sous-marin en forme de requin pour évoluer parmi les requins. Je laisse chacun filer cette métaphore-là.
les requins
L'épave finalement découverte, on finit par repecher un coffre, mais il ne contient que des documents :
encore des parchemins
Quant à l'île déserte au large du lieu du drame, si on y trouve bien une croix de bois et divers messages codés (les insultes du capitaine se révèlent être héritées de son lointain ancêtre, et la communauté des perroquets locaux fournit à cet égard la validation de cette transmission), de trésor, point.

L'amertume est grande, le découragement gagne les chasseurs de trésor, qui doivent se résigner à rentrer en Europe. L'intrigue rebondit cependant, car on découvre tout à la fois que le château des antiquaires véreux qui avaient tout fait, dans l'épisode précédent, pour s'emparer des trois maquettes de la Licorne est désormais en vente et ... que ledit château, Moulinsart, avait été donné jadis par Louis XIV à l'illustre aïeul de Haddock.
il faut racheter Moulinsart
Pour cela, les fonds sont tout trouvés : Tournesol vient de vendre le brevet de son sous-marin anti requins. Moulinsart sera donc acheté avec de l'IP.
Et c'est à Moulinsart que se dénoue l'énigme. Dans la ... crypte au pied d'une statue, se trouve une représentation du globe globe terrestre qui va fonctionner comme une adresse comprimée en quelque sorte.
à l'adresse indiquée
le trésor
Le génie d'Hergé s'exprime tout entier dans ce fait : le trésor, qui s'est dérobé d'adresse en code et de manuscrit en représentation, n'est pas même nommable quand il est vu en lui-même. Répondant à la réplique de Tournsesol qui disait de l'argent? aucune importance, Haddock s'extasie ici: des machins, quelles merveilles...
Au fond, voici ce qu'il conviendrait, au stade où en est le bitcoin, de répondre aux questions sur sa vraie nature (monnaie, actif, instrument de ceci ou de cela). Le bitcoin est-il une monnaie dans la pleine acception du terme? de l'argent? aucune importance !
Si certains investisseurs le désirent, comme les trésors qui ornent le rêve du chevalier, c'est qu'ils y voient, parés de prestiges et de ruses, un machin qui est une merveille.

    *    *    *

C'est tout ? Peut-être pas, même s'il faut aller plus profond dans l'analyse de l'oeuvre d'Hergé.
une ile inconnue

L'île du trésor n'existe sur aucune carte. Elle a peut-être cela de commun avec le pays dont le bitcoin serait la devise. Pourtant, songeons-y, si le trésor que l'on y croit enfoui a été volé, l'île a été découverte par le Chevalier. En droit - c'est une remarque personnelle - le Chevalier aurait pu en revendiquer la souveraineté, pour son roi ou pour lui-même. Quelle faille l'amène à préférer une secrète appropriation à une glorieuse revendication ?

Il n'est pas question ici de reprendre tous les travaux initiés par Serge Tisseorn et repris par d'autres : la naissance de père inconnu (mais vraisemblablement noble, voire de sang royal) du père du dessinateur est un lourd fardeau psychique, partiellement encrypté dans le récit familial, et dont le personnage de Haddock, mal relié au Chevalier de Hadoque, lui-même probable bâtard du Roi-Soleil, est un clair produit.

une psychanalyse amusanteJe cite ici Michel David (page 162) : le Chevalier fait croire que le trésor est enterré dans "l'île" et confie le fait à ses fils de manière si indirecte qu'ils ne seront pas en état de l'entendre ou de le comprendre, tout comme ils ignoreront sans doute tout de leur hypothétique et royale ascendance

et plus loin : l'inconsistance de la figure paternelle qu'il représente laissera des traces jusqu'à Haddok.

La psychanalyse, ajoute l'auteur lacanien (page 166) témoigne que l'origine conserve toujours quelque chose de mythique, de fictif.


Il n'est donc pas anecdotique de souligner, maintenant, que la figure de Satoshi Nakamoto, objet de tant de supputations, pèse lourdement sur l'inconscient collectif du bitcoin. Qu'il s'agisse, ou non, du retraité de Temple City ( un personnage au passé semé d’embûches et dont la grande passion serait la collection de modèles réduits ) reste accessoire par rapport à sa volonté initiale de rester un père anonyme de la communauté.
Un jour sans doute, quelqu'un pourra disserter sur les failles, les doutes, le roman personnel de Satoshi Nakamoto. Ses drames seront-ils les ressorts de l'aventure du bitcoin? Ou bien sa volonté d'anonymat sera-t-elle perçue comme destinée à s'effacer (avec une belle part du trésor...) pour que les utilisateurs se comportent vraiment en hommes libres? Il y a une vignette, ajoutée par Hergé dans l'édition en couleur, comme si il avait cru utile de souligner à la relecture ce point essentiel :


à portée de la main