Comme on sait, cela n'est pas sans conséquence. Alice rétrécit. Il y a évidemment une lecture évangélique de la métaphore du Révérend Dodgson : Alice accepte de se faire toute petite car si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux (Mathieu, 18,3). C'est une des lignes fortes des évangiles, et Jésus lui-même en rend grâce à Dieu : Tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et les as révélées aux tout-petits. ( Mathieu, 11, 25)

Mais pour Alice, au-delà de cette forme d'humilité curieuse ( de curieuse humilité?) il y a deux choses remarquables : elle accepte de boire, et elle en est transformée.

AnaxagorasAujourd'hui, il ne se passe pas de semaine sans que l'on nous apprenne que telle ou telle institution réfléchit au bitcoin, ou réfléchit sur la blockchain pour éviter les mots qui fâchent. Seulement, comme le disait un sage zen, ce n'est pas en lisant la notice de la boite mais en avalant le médicament que l'on peut espérer guérir. L'homme pense parce qu'il a une main comme le disait Anaxagore de Clazomènes cinq siècles avant le Christ. Assister à une conférence, lire un livre, c'est une chose. Acheter un paper wallet, télécharger une appli wallet, se servir d'un hardware vault, c'est utile aussi.

Alice en sort transformée : plus petite, plus souple. Est-ce exactement cela que les institutions qui réfléchissent désirent, ou justement ce qu'elles craignent ? Des organisations plus petites ? Des hiérarchies plus courtes ? Des contrats de travail plus brefs ? Des temps de réaction (beaucoup) plus courts ?

En tout cas la potion n'est pas destinée à entretenir celui qui la boit dans son état, mais bien à en changer.

Alice suit le lapin. Lui sait qu'il est en retard. Il ne réfléchit pas, il court

le lapin en retard

Pour aller plus loin : (ajouté début janvier 2016)