Par définition une monnaie virtuelle, c'est une monnaie qui ne correspond pas à une base physique réelle, donc la première monnaie virtuelle, c'est le billet de banque. C'est ce que l'on appelle rater son introduction car le bitcoin se définit plus pertinemment comme une monnaie cryptographique. Le terme de monnaie virtuelle est en usage chez les journalistes extérieurs au sujet, et malheureusement chez les Autorités de régulation diverses. Son usage indique donc des sources de seconde main, voire médiocrement bienveillantes.

Tant qu'à jouer à l'historien, on trouverait bien d'autres monnaies dépourvues de base physique réelle (sans valeur métallique intrinsèque) : des tablettes écrites en cunéiformes, des ostraca recouverts d'inscriptions en hiératique puis en copte furent bien avant les billet de banque du XVIIIe siècle des instruments de matérialisation d'un avoir ou d'une dette, et de transfert de ceci en paiement de cela. On en trouve de forts beaux au British Museum (voir mon billet à son sujet) mais je choisis ici deux ostraca coptes de Douch, juste parce que cela me rappelle une fabuleuse ballade entre amis dans l'oasis de Kharga.

ostraca de Douch I 40 et 49

Mais surtout l'histoire, ainsi prise, est fort mauvaise conseillère. Car elle amène logiquement M. Attali à affirmer que le bitcoin s'inscrit dans une continuité ce qui est une analyse mal informée et paresseuse.

Fondation de la Banque d'Angleterre par des marchandsDe même quand il affirme que son originalité c'est qu'elle n'est pas fondée sur un Etat, ce qu'il contredit peu après en citant les monnaies d'entreprises issues des instruments de fidélisation. Il eût ici été pertinent, si l'on tenait absolument à parler des billets comme monnaie virtuelle, de rappeler qu'issus de la lettre de change, ils n'avaient nullement leur origine du côté des États, et que bien de banques centrales étaient à l'origine des banques privées, notamment la Bank of England et la Banque de France.

M. Attali perçoit bien, mais il n'est pas le seul, l'irrésistible montée en puissance des firmes internationales face aux États, et peut annoncer lucidement qu'il y aura un jour une monnaie Amazone, prédiction dont le site FutureMag a fait le titre de son entretien, parce que c'était la moins hasardeuse.

L'argent du nomade chicMais, rattrapé par un usage dilettante de l'histoire, il s'enfonce dans la steppe avec une réflexion sur le nomadisme. Progressivement les hommes qui étaient sédentaires redeviennent nomades et les monnaies qui étaient des instruments de souveraineté territoriale tout naturellement vont s'accrocher à d'autres puissances que les États, mais à des puissances d'entreprises. Nul ne doute que M. Attalli ne voyage avec toutes les cartes appropriées. Mais cela n'est pas le sujet.

Ce que M. Attali appelle le nomadisme amalgame les errances des jeunes mal logés, les incessants voyages d'affaires des managers et les tentations de retraite au Maroc de certains qui reviendront se faire soigner en France in extremis. On n'ose mentionner les tentes Quechua qui fleurissent de plus en plus, hélas, en dehors des espaces de camping. Chacun son nomadisme, donc, et nul besoin d'inventer le bitcoin pour cela.

argent nomade

Bien sûr les hommes se déplacent davantage. Mais ils le font sur des territoires, sur lesquels les États ont conservé un contrôle tatillon de la population, flashée et bientôt pucée à qui mieux-mieux. Quant aux frontières, depuis ma jeunesse si certaines se sont ouvertes, d'autres se sont plutôt fermées : nul nomade n'irait plus à Katmandou en 2CV, même avec son nouveau passeport biométrique.

Les hommes vivent aussi sur des réseaux, sur lesquels il est métaphorique de dire qu'ils se déplacent. Dans ce nouvel univers, quoiqu'ici aussi les États les surveillent, et qu'en outre les grandes firmes les observent, enregistrant dans les big data ce dont Joseph Fouché n'eût jamais rêvé, les hommes de notre temps ont des liens sociaux et procèdent à des échanges marchands totalement déconnectés des territoires de résidence, de production, de taxation. La vraie nouveauté est que ces échanges peuvent désormais se passer d'une instance centralisatrice.

Ce n'est sans doute pas faire offense à M. Attali que de supposer qu'il est assez étranger au concept de peer to peer. Jeune conseiller du Prince, puis vieux pontife, toute son existence s'est déroulée sous le paradigme de relations hiérarchisées, avec ceux qui savent, ceux qui décident, ceux qui prônent du haut d'un trône ou d'une chaire. Le concept de communauté fonctionne différemment. Et ceci a de grandes conséquences en matière de monnaie, entre autres choses.

M. Attali poursuite: on peut imaginer mille créateurs de bitcoins, la seule question comme toujours depuis le billet de banque c'est celle de la confiance. Certes. Parlons donc de l'euro. Circule-t-il parce que nous avons confiance en lui, ou bien parce que son cours est forcé, comme on le décréta jadis des premiers assignats ? L'État décrete le cours forcé (en contradiction avec le dogme de la concurrence libre et non faussée, au passage) , et c'est cela qui est premier. Lui donne-t-il pour autant sa garantie? C'est ce que M. Attali veut croire, ou nous faire croire. Les chypriotes aussi le croyaient. Que d'illusions...

ChyprePremièrement l'euro n'est nullement la monnaie d'un État, et il n'est pas davantage celle de l'Union Européenne, réputée être notre second espace de citoyenneté. C'est une monnaie ayant cours forcé dans un ensemble d'État qui en ont abandonné la gestion à des technocrates qui ne nous représentent pas et ne nous doivent aucun compte. En cas de crise de confiance (parce que la confiance dont parle M. Attali est un leurre) nul ne sait plus qui garantit quoi. Quant au mécanisme mis en place pour garantir les dépôts des citoyens il est plein de trous (lire sur le site du FGDR) et le montant de l'encaisse de garantie fait rire le dernier des banquiers d'agence.

Vraiment, quelle garantie peuvent offrir à leur population épargnante des États surendettés ? C'est là que les leçons de l'histoire seraient fécondes. Elles sont violentes...

M. Attali n'envisage donc de faire confiance à une monnaie virtuelle que si elle bénéficiait de la garantie d'un milliardaire, ce qui est tout de même une idée médiévale, si celui-ci était capable de nous échanger ça contre des choses réelles. Mais, au delà du cours forcé, qui établit la valeur des billets en euros ? Le marché, au prix du jour en dollar ou en or, et tant qu'il y a un marché.

Quand il ajoute que le bitcoin n'a de valeur que si on sait qui est derrière il n'imagine pas un instant que derrière le bicoin, il y a NOUS, une communauté même s'il évoque finalement la possibilité d'une empathie donnée par un altruisme de crowfunding, longue circonvolution pour tourner autour de la chose, avant de retomber dans sa bataille entre nomades et sédentaires.

Voilà ce que moi j'en pense. La valeur d'un signe (de l'euro, du bitcoin) est celle créée par la communauté qui en fait son signe d'échange. La communauté des bitcoiners est plutôt jeune, plutôt instruite, plutôt entreprenante. Elle n'a pas de dette, et elle fait sa police de façon non autoritaire, non discriminante. Nous avons entendu un Venture Capitalist nous dire, lors d'un Meet-up à la Maison du bitcoin, qu'il serait hasardeux de parier contre cela.

À la fin de son interview, M. Attali replace son couplet mondialiste : il préférerait de loin une monnaie unique de la planète, qui ferait que la monnaie devienne un instrument banal d'échange. Outre que, pour avoir vu ce qui se passe quand on met l'Allemagne et la Grèce dans le même espace monétaire, on a des doutes sur le succès d'une même opération entre le Qatar et le Mali, il faut souligner que, même énoncée sur un ton de vieux sage, il s'agit là d'une position violemment idéologique et non pas d'une hypothèse technique.

J'ai évoqué la crise chypriote. C'est à cet instant que, sans doute, M. Attali a découvert le bitcoin. Il publia alors un article dans l'Express où, malgré les réserves d'usage (sur le blanchiment) il lui envisageait des perspectives intéressantes. Nul doute que le ton bien différent de son interview dix huit mois plus tard ne soit significatif d'un agacement croissant d'une certaine élite, qui aurait voul continuer à prendre les autres pour des poires et ne se sent guère à l'aise avec le développement d'une culture où l'on se passerait d'elle, directement poire to poire.

la poire de Youl

Retour à la Cène de Vinci revue par Youl, en quelque sorte...