Commençons par ce qui est un peu trivial. Même si les choses s'améliorent (oh combien lentement) il y a encore bien trop peu de jeunes femmes dans les hackatons, dans les amphis ou dans les auditoires de nos conférences, dans nos forums et dans les meeups de notre Communauté.

Au début de certains repas du Coin il m'arrive de préciser que notre but n'a jamais été de former un gentlemen's club. Malgré des invitations largement lancées en direction des amies ou des profils féminins rencontrés au cours de nos diverses activités, il n'est pas toujours possible d'avoir une convive par table. Pourtant, les attitudes justement dénoncées par un article récent du NYT n'ont pas cours dans nos événements et celles qui nous fréquentent semblent apprécier ces rencontres.

Je ne crois pas que les femmes soient moins intéressées par la technologie. Serait-ce pourtant le cas qu'il resterait le point de savoir si elles sont moins intéressées par la monnaie et le paiement.

Une étude déjà ancienne de CoinDesk cherchant qui étaient, en juin 2015, les utilisateurs de bitcoin répondait qu’ils étaient jeunes (25 à 34 ans), pale, techie and male (à 90%). Malgré l'explosion du nombre de bitcoineurs au niveau mondial, les (rares) études sur ce thème ne permettent pas de percevoir une réelle amélioration, certaines affichant un taux extrêmement inquiétant de 4% de femmes seulement. Une chronique canadienne sur CBC s'en est récemment émue, souligant que cela pouvait réellement constituer un signe inquiétant.

Le poids des femmes (courses alimentaires quotidiennes et « shopping » festif) est énorme dans les actes d’achats, surtout en transactions unitaires. Avec ou sans Lightning Network, Bitcoin ne sera pas une monnaie sans les femmes.

Venons-en à ce qui touche au changement paradigmatique que constitue Bitcoin. Il y a un rapport profond, aussi ancien que l'Humanité, entre la monnaie et la langue. Or certains linguistes, comme Gretchen McCulloch, l'écrivait en 2015, pensent que ce sont les filles (jeunes) qui inventent et renouvèlent la langue, créant jusqu'à 90% des innovations. Parce que, comme l'avancent Deborah Cameron et d'autres, elles auraient une plus grande sensibilité sociale, des réseaux plus étendus, voire un avantage neurobiologique en la matière. Si tout cela est vrai, sans jeunes femmes parmi nous, Bitcoin pourrait se retrouver un jour vieux sans avoir jamais été adulte.

Marie Laurencin

Il y a cependant des relations bien plus profondes entre celles et ceux qui supportent Bitcoin et pensent que les monnaies décentralisées sont une part de leur liberté, et les femmes qui ont lutté pour leur émancipation et savent que cette lutte ne s'est point achevée en un glorieux jour de proclamation.

Nous avons tous entendu cent fois que les femmes ont dû attendre jusqu'en 1965 pour avoir un compte en banque (sans l'autorisation de leur mari) et à dire vrai cela me fait toujours sourire. Parce que ce poncif suggère qu'elles attendaient cela depuis des siècles. Il y a fort à parier qu'elles n'ont attendu que quelques années, et qu'en 1965 bien des maris n'avaient pas eux-mêmes de chéquier : la bancarisation massive débute plutôt vers 1967. D'autre part (et même si la loi de 1965 donne aux femmes d'autres libertés) cela assimile le fait d'avoir un compte en banque (et non des espèces dans sa poche) à une forme de liberté. Ce qui mériterait examen. Et il pourrait y avoir bien plus grave !

The Handmaid's taleEn 1985, la romancière et universitaire canadienne Margareth Atwood écrivait son roman The Handmaid's Tale qui met en scène un futur dystopique épouvantable dans lequel les Etats-Unis vivent un cauchemar théocratique de type wahhabite mâtiné d'enfer policier façon URSS. Avec un petit avant-goût prophétique de Patriot Act. Le sort des femmes y est particulièrement horrible.

Ce livre d'anticipation qui ignore les téléphones mobiles ou Internet est pourtant devenu un roman-culte de la cause féministe et a été récemment brandi dans de nombreuses manifestations hostiles à la remise en cause des droits des femmes par le président Trump, puis porté à l'écran en 2017 dans une série télévisée (en français La servante écarlate).

Voici un court extrait montrant comment, concrètement, un piège peut se refermer sur les femmes, mais aussi sur les ennemis, sur les autres. Ou sur vous.

Et la formule latine qui sert de titre à mon billet ? Les curieux liront (note en bas de page) ce que signifient, ou ne signifient pas, les quelques mots latins que l'héroïne trouve dans un recoin de sa geôle, inscrits comme un message secret. Ceux qui ont déjà suivi la série comprendront ce que je veux dire : Ne laissez pas les autorités vous ...

Une formule de Simone de Beauvoir devrait être méditée par tous ceux (hommes et femmes) qui refusent la forme spécifique de sujétion quotidienne et de censure potentielle que représente la monnaie administrée et centralisée : « N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

Ce que les femmes nous rappellent, c'est que nos droits ne sont jamais acquis. Une autre figure « féministe », Léon Blum, était également un grand inquiet sur le chapitre de la pérennité de nos libertés. Comme la grenouille dans l'eau qui chauffe, nous nous endormons bercés par les discours sur nos valeurs républicaines, notre civilisation et notre état de droit. Nolite te auctoritates...

Blum

Pour aller plus loin, sur le mock latin de Margaret Atwood :

même pas latiniste

  • voir ici en anglais l'histoire de cette étrange formule, avec une interview d'un universitaire de Cornell University par Vanity Fair...
  • et là en français un article de haute linguistique d'une universitaire lilloise !