107 - Ne plus descendre dans l'Arène ?


On a beau faire, on a beau dire, on est toujours surpris par la fabrique de l'opinion.

Dans un pays où la culture mathématique est tellement faible que la seule chose que l'on remarque quand le chef du gouvernement se trompe (ou nous trompe) avec un graphique dont l'axe des abscisses est décalé de 6 jours et celui des ordonnées (*) de 30%, c'est l'inversion du drapeau français sur une slide de son pénible show... il y a peu à espérer des « débats » sur un sujet techniquement complexe, philosophiquement innovant et politiquement radical comme Bitcoin.

La hausse du bitcoin, la bulle du bitcoin, la folie du bitcoin ont ressurgi ces dernières semaines, avec peu de « variants » par rapport à la précédente édition en fin 2017.

En gros, ça donne quelque chose comme ça :


Parce que fondamentalement un « débat » n'est qu'un spectacle qui, ne coûtant rien à produire, occupe l'écran entre deux publicités. Ce n'est pas un exposé, ni une conférence, ni un MOOC. Un universitaire sérieux ne devrait point s'y produire ni un esprit distingué s'y exhiber.

D'autre part la place des monnaies numériques dans le paysage médiatique n'étant pas encore celle du menu sans porc, qui transforme n'importe quelle assemblée de lymphatiques en horde de furieux, ni celle des mérites comparés de l'hydroxychloroquine, de l'ivermectine ou des anticorps monoclonaux pour lesquels il existe déjà des milliers d'experts ennuyeux (à mourir) le spectacle est un peu court.

La « production » charge deux ou trois jeunes filles de trouver des intervenants : elles en trouvent quelques-uns, grâce à Google, auxquels elles signifient qu'ils ont à passer le soir même au studio, et à Paris naturellement. Cela restreint fatalement l'échantillon, mais qu'importe.

La jeune personne m'appelle, m'avoue avec un gloussement irrésistible qu'elle n'y connait rien, me demande le nom d'autres experts qui justement seraient taillables et corvéables à l'instant puisque moi j'entends rester tranquille au vert. Le temps que je les lui fournisse (pas mauvais bougre, dans le fond) une de ses collègues en a trouvé deux ou trois autres, dont un qui a déjà fait le tour de dix autres plateaux pour expliquer que ce n'est pas une monnaie, ce n'est pas une monnaie, ce n'est pas une monnaie.

Arrive le soir ou le lendemain, j'ai le résultat à l'écran. Jamais de quoi regretter d'être dans les gradins plutôt que sur le sable. En 2017, j'avais écrit sur LinkedIn un article que j'avais intitulé La «folie» Bitcoin dans les médias français. Je l'ai re-publié récemment, sans changer trois mots. Je continue de penser qu'il n'est pas très nécessaire de se justifier.

Depuis 2017, certes, les questions se sont faites un peu moins brutales, et on nous épargne le topo sur « la blockchain ». Des gens comme Yves Calvi ou Philippe Soumier proposent même (enfin...) un format convenable.

Il y a eu évidemment un « basculement psychologique » (le terme est d'Olivier Babeau) chez les interviewers comme chez certains interviewés.

Chez les premiers, on sent la fatigue (même M. Lenglet met de l'eau dans son vin) voire parfois, quand même, comme un zest de rancune : pourquoi diable ces bitcoineurs ont-ils cru utile de multiplier les précautions en 2017, au lieu de nous dire franchement que ça vaudrait le prix d'une voiture trois ans plus tard ?

Chez certains des héros de la cryptomonnaie, et c'est le plus rigolo pour les initiés, il y a eu aussi depuis 2014 ou 2017 un effet « chemin de Damas ». Plus personne n'ose dire que la monnaie n'est qu'un cas d'usage sans grand intérêt de la technologie blockchain.

Mais entre le temps perdu à expliquer ce que signifie la décentralisation, éluder les questions sur le cours, réfuter l'ineptie sur l'impossibilité d'acheter ses croissants à Paris en bitcoin, recadrer les chiffres sur les usages criminels et renvoyer les balles sur la consommation énergétique, que peut bien dire d'utile, d'instructif, d'éclairant ou de motivant l'expert venu pour expliquer et qui sert de Rétiaire dans cette petite arène ?

Parce que, de son côté, le Mirmillon de l'establishment connaît son métier.

Que ce soit un ponte comme Minc, pratiquement à côté de ses mocassins, ou des économistes déjà vus plus de mille fois comme Jean-Marc Daniel, Philippe Bechade, Philippe Murer, on n'a jamais rien de nouveau.

Ils sont là pour taper, ils tapent. Ils n'ont pas bougé d'un pouce, pas modifié leurs incantations d'un iota.

Ces joutes risibles m'ont donné quelques occasions d'allonger encore un peu la liste des lauréats du Prix Tulipe. Mince bénéfice !


La conclusion : moins il y a de gens importants sur le plateau, mieux c'est. Cela diminue l'exposition des no-coiners et de leurs naïvetés de béotiens. Autant conseiller à Papi et Mamie, dans leur cuisine, de regarder Bapt&Gael, ils perdront moins leur temps !

Et, dût l'orgueil hexagonal en souffrir, des émissions suisses comme le Forum de la RTS peuvent aussi s'avérer plus utiles, un peu comme la presse belge pour rectifier les erreurs de M. Castex, sans vouloir en faire une affaire personnelle....

Pour le grand public, enfin, et pour en rester aux rigolos, j'ai trouvé que le petit sketch d'Alexis Le Rossignol valait bien des explications fumeuses d'émissions qui prétendaient nous informer. A ma connaissance, il n'a pourtant même pas eu droit, comme Nabilla en janvier 2018, à un petit gazouillis de l'AMF (**). A croire qu'en distanciel les gardiens du Temple ne surveillent même plus ce qui se trame dans le vaste monde !



NOTES
(*) Ils sont tellement linéaires (pour ne pas dire plats) qu'ils n'ont pas même songé à inscrire les contaminations sur une échelle logarithmique : ce ne serait pas faux, ce serait même assez justifiable, et le gogo en retirerait une rassurante impression de promenade de santé, pardon pour le jeu de maux.
(**) Parmi les nombreuses choses que je ne regrette pas d'avoir écrites, mon billet Genre Vénus, sur l'affaire Nabilla. Le site Bitcoin.fr a marqué le troisième anniversaire de ce petit événement en posant la question : et si Nabilla avait raison ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

1. Le mercredi 3 mars 2021, 00:41 par 107 – Ne plus descendre dans l’Arène ? (blockblog) -

107 – Ne plus descendre dans l’Arène ? (blockblog) -

(…) Retrouver l’article original de Jacques Favier ici: Lien Source (…)

URL de rétrolien : http://blog.lavoiedubitcoin.info/trackback/2077

Fil des commentaires de ce billet