On pourra écouter le podcast ici (après avoir lu ce billet ... et avec nos interventions à partir de la sixième minute pour ceux que le genre dystopique ennuie...)

Les points d'accord ou de convergence entre la « députée geek » et « l'historien provocateur » ont été assez nombreux. Quant à la gamification de l'économie j'en ai d'abord cité quelques exemples dans le passé :

  • la construction des pyramides, sans doute mue par des considérations sacrées ou politiques, peut quand même être perçue comme un emploi donné à la population pour lui éviter l'oisiveté, mère de tous les vices ; quelque chose de parfaitement inutile par rapport à nos besoins naturels, mais que chacun accomplit avec un grand sérieux (pour rappel les coups de fouets c'est seulement dans Asterix !)
  • l'économie des « messes pour le salut des âmes » qui, elle, est à la jonction de ce monde (les prêtres sont bien payés en espèces sonnantes et trébuchantes, en monnaie réelle comme diraient nos autorités) et d'un autre monde, l'au-delà si bien nommé dans lequel ils accomplissent, avec un honnête niveau de sérieux, des tâches précises visant à procurer à des tiers défunts mais parfaitement identifiés des avantages virtuels pour continuer de parler comme nos régulateurs.

un jeu antique et inutile

Là où j'ai pu me montrer réellement provocateur, c'est en ajoutant que l'économie du KYC et de la compliance (qui représente désormais une part substantielle des recrutements dans le secteur financier et une cause non négligeable de la hausse des coûts refacturés) est en tout point comparable. Arrêterait-on demain toutes les diligences (les demandes de facture EDF, les appels pour demander à mes 4 enfants le nom de jeune fille de leur mère etc) il ne se passerait rien de tangible, si ce n'est - comme l'arrêt de la construction des pyramides - un chômage technique pénible pour les travailleurs concernés.

J'ai d'ailleurs repris cela sur un billet publié sur LinkedIn et que l'on pourra lire ici :

La vérité, c'est que l'on assiste autant à une gamification de certaines choses sérieuses qu'à une workification de choses futiles, inutiles et tristes.