Le thaler

JáchymovIl y a en République tchèque une petite ville d’eau qui s’appelle aujourd’hui Jáchymov et qui s’appelait jadis Sankt-Joachimsthal, le val (thal) de Saint Joachim. Des mines d'argent y furent découvertes à partir du milieu du Moyen Âge. Dès 1518 on appela les pièces de 26 grammes d'argent produites sous l'égide du seigneur local les Joachimsthaler. Avec l'usage, le mot thaler s'appliqua à toutes les pièces peu ou prou de ce même format.

thaler de 1525 du comte Stephan Schlick (1487-1526)

Le territoire d'expansion du thaler fut d’abord l'Allemagne, qui servait de passerelle entre le Nord (et l'Angleterre) et le sud de l'Europe et ses ports vers l'Orient et l'Afrique. Cette position lui permit de rayonner, de circuler et d’être copié, d’autant qu’il devint aussi la monnaie des Etats de la famille de Habsbourg, qui depuis 1438 occupait sans interruption le trône pourtant électif du Saint-Empire. Il circula donc dans ces pays dits "héréditaires", Pays Bas, Espagne et aussi dans le nouveau monde. Le thaler de 26 g d'argent fut l'unité de compte de l'empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais.

Il change un peu et il s'allège de quelques grammes avec le temps. Aux Pays-bas, le reichsthaler allemand se dit rijksdaalder et donne le rixdale, monnaie frappée jusqu'en 1938. Le mot daalder donnera comme on sait le mot dollar.

Marie-Thérèse

En 1740 meurt Charles VI, 22ème Habsbourg à avoir occupé le trône impérial depuis 1273, et 14 ème consécutivement depuis 1438. Problème : il n'a comme héritier qu'une fille! Certes, de longue date, il a fait admettre, d'abord par sa famille, puis par ses États héréditaires, que cette fille lui succéderait. Mais en 1740 la nouvelle "reine de Bohème et de Hongrie" a 23 ans, 3 enfants et elle est enceinte. Fréderic de Prusse est le premier à l'attaquer, contestant les droits d'une femme à l'empire d'Allemagne ; il est suivi par le roi de France. La "Guerre de Succession d'Autriche" a commencé.

Cette guerre va durer 8 ans. Car dans les États héréditaires, on a fait le serment : Moriamur pro Maria-Theresia rege nostro, mourrons pour Marie-Thérèse notre roi.

En 1745 elle fait finalement élire son époux le duc François de Lorraine au trône impérial. Elle est officiellement impératrice-consort, et, trés amoureuse de son Franz, elle lui donne 5 fils et 11 filles, dont notre Marie-Antoinette.

double portrait

Sa statue devant la Hofburg à VienneIl y a bien eu ce thaler (ci-dessus) dit "au double portrait" où figura l'empereur en titre (avec pour ceux qui savent en lire les inscriptions presque cryptées de savantes variations de titulature entre les deux faces). Il suffit de dire que cet exemplaire, rarissimme, vaut environ 300 fois le prix d'un thaler ordinaire de l'impératrice, et que cette émission ne fut pas renouvelée.

Sa personnalité et sa pugnacité en imposent et pour tout le monde Marie-Thérèse sera simplement l'Impératrice, celle qui exerce la réalité du pouvoir. Et qui le garde à la mort de son mari, condamnant son fils à partager le trône impérial durant 15 ans...

Les thalers de Marie-Thérèse

Depuis qu'avec la Renaissance est revenu l'usage romain de l'effigie sur la monnaie, on a déjà vu des profils de reine : celui d'Elizabeth (reine d'Angleterre de 1558 à 1603) de Christine (reine de Suède de 1632 à 1654) ou d'Anne (reine d'Angleterre de 1702 à 1714).

Elizabeth Christina Anne

Malgré les circonstances un peu spéciales de son avènement, l'apparition de l'effigie féminine de la nouvelle reine puis impératrice n'est donc pas un fait absolument nouveau, et ne peut expliquer à elle seule le succès sans précédent de ses émissions.

1741 reine de HongrieEn 1741 le premier thaler de Marie-Thérèse (28,82 grammes à 875‰) est frappé à Kremnica au nom de MARIE-THÉRÈSE PAR LA GRÂCE DIEU REINE DE HONGRIE ET DE BOHÈME.

Le succès est immédiat, la demande est étonnamment forte. On frappe massivement dans les ateliers de Hall, Günzburg, Kremnica, Karlsburg, Milan, Prague et Vienne. Ce qui est frappant, c'est l'énorme succès de ces pièces dans l’empire ottoman, proche voisin (et ennemi séculaire) chez qui la frappe de numéraire a de tous temps été trop limitée et qui avait longtemps préféré la "piastre à colonne" des espagnols. Dès 1752, l'exportation des thalers, confiée à un financier viennois, est réglementée. C'est une ressource fiscale. Rançon du succès, il y a des faussaires.

Cette industrie assez primitive va de pair avec un relatif retard industriel sur d'autres puissances européennes qui ont trouvé mieux à faire. Le thaler n'est même pas frappé sur de l'argent local, l'Autriche étant depuis longtemps importatrice : rien à voir, donc, avec la situation qui avait été jadis celle de l'Espagne. Sa frappe tient plus de l'orgueil politique que d'autre chose. Au demeurant bien des thalers n'arrivent en Turquie, au Levant ou en Egypte que sur des navires de commerçants français qui en font provision pour ces marchés .

recto 1755Sur les émissions plus tardives (une émission praguoise en 1751 à 28,08 grammes, ou ici une frappe viennoise de 1756 à 27,20 grammes mais pratiquement identique) l'autorité de l'impératrice-reine s'est affermie.

L'inscription se lit ainsi : MARIE-THÉRÈSE PAR LA GRÂCE DE DIEU IMPÉRATRICE DES ROMAINS, REINE D'ALLEMAGNE DE HONGRIE ET DE BOHÈME.

Dès son règne, le thaler de Marie-Thérèse, à l'exclusion de tout autre thaler de même poids issus par d'autres princes, est diffusé le long de la mer Rouge et jusqu'en Éthiopie.

Refrappes posthumes

À partir de la mort de l'impératrice, chose sans exemple, parallèlement aux thalers à usage interne désormais ornés de l'effigie de Joseph II, les émissions de Marie-Thérèse continuent de plus belle, à 28 grammes mais à 833‰. Ces refrappes vont désormais porter la date de « 1780 », comme si on avait arrêté la pendule dans la chambre mortuaire. Et désormais le type est fixé et ne bougera plus. Veuve depuis 1765, l'impératrice porte le voile, mais montre sa poitrine. Deux détails qui laissent penser à plusieurs historiens que c'est le goût oriental que l'on a clairement voulu satisfaire.

posthume

L'inscription se lit (au recto) MARIE-THÉRÈSE PAR LA GRÂCE DE DIEU IMPÉRATRICE DES ROMAINS, REINE DE HONGRIE ET DE BOHÊME, et au verso orné des armoiries et des 3 couronnes impériale, hongroise et bohemienne, ARCHIDUCHESSE D'AUTRICHE, DUCHESSE DE BOURGOGNE, COMTESSE DU TYROL 1780.

la couronne de Rodolphe IIBref une monnaie toute "politique", celle d'un empire plus politique lui-même que commercial. Une sorte d'anti-euro. Une monnaie au décorum régalien à souhait, saturée de noms de pays disparates (et même perdus : la Franche-Comté de Bourgogne est française depuis 1678!) et de couronnes empilées... Mais en même temps une monnaie dont le caractère "souverain" ne tient finalement qu'à des éléments qui, de loin, sont purement folkloriques : quel turc, quel éthiopien saurait reconnaître la couronne de Rodolphe II sur le revers de la monnaie ? Qui craint encore l'aigle à deux têtes après Austerlitz, Wagram, Sadowa ?

Or cette pièce posthume va échapper à son époque et à son cadre politique.

bijoux Démonétisée en Autriche le 31 octobre 1858, 78 ans après la mort de Marie-Thérèse, son thaler continue pourtant son existence comme une monnaie internationale librement choisie par ses utilisateurs. Non seulement parce qu'elle est la monnaie préférée de peuples qui n'ont que peu ou pas de relations avec l'Autriche mais parce que très loin vers la Corne ou vers l'intérieur de l'Afrique, elle est connue, reconnue comme la meilleure monnaie, désirée comme une monnaie sure et belle et même comme un véritable ornement. Ce sera d'ailleurs et de loin la monnaie la plus souvent transformée en bijou dans l'histoire.

Tant et si bien que dès 1867, Londres, qui dans ses entreprises expansionnistes dans le Haut-Nil et Ethiopie se voyait refuser sa monnaie en paiement, dut pour financer sa campagne militaire en Ethiopie, commander des thalers à l'Autriche qui fournit 5 millions de pièces. Fabriquer de la monnaie pour le compte de tiers (ce que fait aujourd'hui la Monnaie de Paris pour 30% au moins de son chiffre d'affaires) était depuis longtemps un business model à Vienne, où l'on s'arc-boutait sur la doctrine selon laquelle la monnaie est une marchandise. Le plus fort est que ladite pièce est démonétisée dans le pays où elle est frappée !

La monnaie de Rimbaud

En Afrique orientale, le thaler s'intègre dans tous les échanges. À la fin du 19ème siècle on sait qu'en Ethiopie il vaut 4 lingots de sel (autre monnaie!) ou... 16 cartouches. Il circule par sacs entiers chargés à dos d'âne (souvent par des esclaves : un esclave vaut 4 thalers) jusqu'à Harrar où, en 1887, leur taxation (5% à l'import) par les Anglais, fait gronder Arthur Rimbaud.

convoyeurs de fonds en Ethiopie

Si les Anglais provoquent la colère du poète devenu trafiquant c'est que leurs concurrents locaux, les Italiens (qui ont pris à ferme les douanes éthiopiennes) commencent à faire frapper en masse à Trieste de nouveaux thalers de Marie-Thérèse qui vont servir leur de leur avancée militaire en Érythrée.

Via le Soudan, le thaler passe en Afrique occidentale. Au Darfour, un cheval valaut 10 thalers. Il s'intègre avec d'autres monnaies locales. Ainsi un thaler de Marie-Thérèse vaut 1500 à 2000 cauris au nord du Cameroun, et jusqu'à 5000 au Nigeria. On le retrouve également au Tchad, ou au Dahomey (Bénin).

5000 cauris

Le thaler de Marie-Thérèse est ainsi durablement inscrit dans le paysage, à des milliers de kilomètres de Vienne, et plus d'un siècle après la mort de son effigie. En Mauritainie et dans tout le "Soudan" français, on l'appelle thalari. En 1927 l'administration coloniale de l'AOF l'accepte en paiement, généralement pour 10 francs. Au Cameroun, les Vamé des monts Mandara ont utilisé le thaler pour payer les dots et ceci jusqu'en 2012, année qui vit le rachat massif de ces pièces sur les marchés officiels.

La monnaie de Mussolini

mussoliniÀ partir de 1935, afin de soutenir ses ambitions en Ethiopie, Mussolini décide de faire fabriquer de nouveaux thalers. Il fait l’acquisition auprès du gouvernement autrichien de coins qu’il fait transférer pour frappe dans son atelier de Rome puis de Milan. Peut-on hasarder l'idée que l'effigie de Marie-Thérèse ait été bien moins désagréable aux colonisés ou aux envahis que le mâle profil du Duce casqué?

Sans parler, comme Bernard Lietaer, de monnaie Yin, on peut penser qu'ici comme ailleurs, Marie-Thérèse est une inconnue rassurante.

Les Anglais, eux, ne s’embarrassent pas de conventions. Une firme anglaise, qui ne parvient pas à se procurer des thalers en quantité suffisante par la voie habituelle, décide, dès 1936, de fabriquer elle-même de nouvelles matrices. L’Italie fasciste qui pensait en détenir le droit exclusif protesta en vain contre ce faux avéré.

Au même moment, Paris, Bruxelles et même Utrecht se lancèrent dans la même fabrication. A partir de 1937, une société angalise lance de nouvelles commandes à l’atelier de Bruxelles. Les matrices des poinçons sont commandées.… à la Monnaie de Paris. Là aussi, on peut quand même risquer le mot de "faux".

Avec la Seconde Guerre Mondiale, Londres envoie son outillage à Bombay qui poursuit la production en 1941 et 1942. Puis, à partir de 1949, la frappe passe par la Monnaie de Birmingham. Les coins sont fournis par la Monnaie de Bruxelles. C’est ainsi que près de 20 millions de ces pièces seront émises en Angleterre entre 1936 et... 1962 date à laquelle ces émissions cesseront, 182 ans après la mort de l'impératrice.

Je souligne le fait : les autorités, si chatouilleuses parfois, créent bien, en Angleterre, en France, en Belgique, des jetons monétaires, qui certes ne peuvent être qualifiés de "fausse monnaie" puisque le thaler de Marie Thérèse est officiellement démonétisé dans son pays, mais en copiant des matrices sans avoir le droit de le faire et en sachant parfaitement ce que les clients vont faire des pièces...

thaler contremarqué au YemenLe thaler de Marie-Thérèse (qui servit, sous le nom de ber, de monnaie en Ethiopie jusqu'en 1946) fut la monnaie presqu'officielle à Mascate et Oman et fut utilisé (parfois avec une marque locale comme ici) au Yémen jusqu'en 1960.

crown de Victoria en 1895Or ces deux pays vivaient sous protectorat britannique. Cette contradiction laisse perplexe : ce ne sont pas les pièces anglaises qui manquaient. Et si la présence d'une figure féminine était jugée désirable, pourquoi ne pas adopter Victoria ?

Les monnaies équivalentes de la reine Victoria (ici une crown) n'eurent jamais de destin international semblable à celles de Marie-Thérèse. Trop "anglaises" c'est à dire coloniales ? Ou pas assez "sexy" ? On trouve bien des effigies voiléees de cette autre veuve, mais l'exhibition de sa poitrine fut chose bien rare, et semble-t-il commise sur des pièces de trop faibles dénominations...

En tout cas je ne connais pas de Victoria offrant à la fois poitrine et voile...

Monnaie des terroristes ?

Les collections de la Monnaie de Paris conservent un curieux « trésor » de 672 thalers de Marie-Thérèse. Ils furent saisis en 1959 en Algérie sur des agents du FLN qui allaient acquérir des armes en Tunisie. C'est exactement ce que l'on appele aujourd'hui du "financement du terrorisme" ! Comment le FLN s'était-il procuré ces pièces ? Provenaient-elles de garnisons italiennes de Lybie et de Tunisie ? Ou bien, ironie du sort, avaient-elles été détournées d'une refrappe française ?

Au total, 500 millions de pièces datées de 1780 ont été frappées, dont peut-être 100 millions après la Seconde Guerre mondiale, dans une demi-douzaine de pays à l'usage de dizaines d'autres pays !

Une telle anomalie, portant sur 7 et 8 milliards d'euros en valeur actuelle, a curieusement laissé assez indifférents les économistes.

Pour Keynes, qui n'aime pas les reliques, sa valeur vient de ce qu'il est "parmi les munitions les plus nécessaires à la guerre." C'est en faire une commodity money... ce que Bitcoin est aussi, si du moins on songe à son usage à venir sur Internet. Mais c'est négliger volontairement l'aspect de monnaie valeur, patent avec son usage en bijouterie. Marie-Thérèse apportait un démenti implicite à ses thèses...

Hayek le cite bien une fois (dans Good Money, part II, page 152 de l'édition d'Oxford au volume 6) mais comme un trade token, un peu comme une exception, à côté des exemples de double circulation en zone frontière ou touristique. Il est étrange que l'école autrichienne ait si peu philosophé sur le thaler autrichien, conçu par ceux qui le frappaient comme une marchandise : Ludwig Von Mises, Murray Rothbard et Ron Paul à ma connaissance, n'en disent mot !

Seul Dennis Robertson (1890-1963) semble percevoir sa richesse : le thaler est à la fois une optional money, par opposition au legal tender et une monnaie ayant une valeur en elle-même (full bodied money opposée à token money) et non pas fictive. Autrement dit, il est fort proche, dans la classification de Robertson, de notre Bitcoin !

FischelPlus intéressantes sont les réflexions sociologiques et anthropologiques.

En particulier, dans une thèse datant de plus d'un siècle Marcel-Maurice Fischel ( que Keynes a lu et cité) s'est demandé, après de longues réflexions sur les racines habsbourgeoises de cette monnaie, ce qui avait conduit les Bédouins à adopter cette étrange monnaie. En 1912, il ne pouvait se douter que Mussolini en ferait usage, ni que la Monnaie de Paris en ferait des faux...

Il distingue une cause toute simple, technique : la légende (Justicia et Clementia) sur le tranche des thalers empêche la "rognure" qui minait la confiance dans les piastres espagnoles qui en étaient dépourvues.

Mais il voit aussi des raisons subjectives que (certes avec le vocabilaire et les préjugés ethniques de son époque) il aborde en finesse. Pour lui ce ne sont pas les intermédiaires grecs, juifs ou syriens, mais bien les moins instruits des choses de la monnaie, les caravaniers arabes ou bédouins, notamment ceux qui assurent le commerce du "moka", qui ont établi la prédominance du thaler, et ceci par une préférence matériellement non-justifiable accordée à cette chose de valeur peu idéale qu'est une pièce de monnaie. A notre avis il y a là les indices d'une valeur d'amateur (p.108).

bédouine

Fischel énumère des conjectures : les Bédouins détestent les Turcs et apprécient la monnaie de l'ennemi des Turcs, les Bédouins préfèrent les bijoux d'argent (plus importants, à la glyptique plus soignée) à ceux faits d'or, ils éprouvent un attrait esthétique pour les motif du diadème et du voile que celui-ci retient, pour la disposition particulière des cheveux de l'impératrice évoquant la mode des tribus. Il insiste sur la considération sociale dont y jouit la femme (et regrette l'influence déjà sensible du wahabisme), sur la place et la nature du luxe dans leur société, il suggère que Marie-Thérèse, femme puissante, a pu se voir dotée d'une fonction d'amulette.

Enfin il situe le thaler dans une phase économique (comme celle des orfèvres du Moyen-Âge européen) où il n'y a pas de besoin impératif de circulation et d'échange monétaire.

On retrouve ici une chose que j'avais abordée en posant la question l'Art est-il dans la nature de Bitcoin ? : Il y a donc lieu de supposer que cet échangeabilité n'est en grande partie qu'une fonction de cette qualité du thaler de servir d'objet de parure. Le goût de la parure et de l'ornement étant un des goûts les plus universels du genre humain, nous touchons ici à une question de la plus grande importance pour l'histoire de la valeur monétaire en général. Autrement dit ce n'est ici pas forcément le fait d'être aisément échangeable qui donne la valeur. Une opinion qui heurterait ceux qui mettent la fluidité de Bitcoin au sommet de ses qualités, devant l'or numérique. Fischel laisse cependant entendre que les deux fonctions sont toujours présentes.

La balade le long des chemins suivis par le thaler de Marie-Thérèse, cette monnaie défiant toutes les lois qu'assènent les pontifes de la monnaie, nous ouvre des pistes de réflexion pour la plus singulière de outes, la nôtre !

Pour aller plus loin :

  • Marcel-Maurice Fischel, Le Thaler de Marie-Thérèse, Paris, 1912 (en ligne ici ). Surtout après la page 79.
  • Regoudy François, Le Thaler de Marie-Thérèse, Direction des Monnaies et Médailles - Paris - 1992
  • Philippe Flandrin, les Thalers d'argent: histoire d'une monnaie commune, Paris 1997
  • Dubois (Colette), ''Espaces monétaires dans la Corne de l’Afrique (circa 1800-1950)"", in Colette Dubois, Marc Michel, Pierre Soumille, éd., Frontières plurielles, frontières conflictuelles en Afrique subsaharienne, Paris, L'Harmattan, 2000