Les époques héroïques permettaient aux audacieux, s'ils n'étaient pas alourdis de scrupules, de se bâtir un empire ; les aventures coloniales offrirent quelques opportunités de se tailler un royaume à coup de machette, d'y faire régner son ordre, brutal ou idéaliste (les deux ensemble, parfois). Mais la planète semble désormais entièrement lotie entre États, que ce soit pour leurs territoires, colonies, dépendances ou bases militaires.

Aux marges, dans les coins isolés, dans les plis de la carte pourrait-on dire, demeurent des minuscules bouts de terre que des rêveurs s'obstinent à revendiquer pour eux-mêmes. Dans certains cas il y a une revendication fondée sur des droits historiques à l'indépendance (Seborga ne serait pas moins légitime que Monaco) dans d'autres - innombrables- une déclaration d'indépendance purement politique (pour ne pas dire psychotique) portant sur un domaine privé, île, atoll, ranch, ferme ou simple jardin.

Plus fécond est le projet de terra nullius. Non pas une île inconnue devenue refuge cauchemardesque de naufragés (Tromelin, Pitcairn, ou Clipperton), mais une terre vierge d'histoire et de politique, que l'on choisit comme asile d'un rêve.

Il y a eu, par le passé, des territoires négligés, oubliés voire "abandonnés" par les Etats : le fort Sao-José devant Funchal (Madère) aurait fait l'objet d'un abandon en 1903 par le Portugal qui entendait alors le donner à l'Angleterre. Il y a bien eu, aussi, un tribunal de l’Essex pour juger le 25 novembre 1968 que le Fort Rough, dans l'embouchure de la Tamise, se situait en dehors de sa juridiction dans les eaux internationales, et donc que ce territoire n'était pas britannique.

En achetant le premier, un artiste un peu fou y proclama la principauté de Pontinha. En s'emparant du second, franchement moins glamour, des aventuriers douteux y créèrent Sealand.

Pontinha et Sealand

L'une comme l'autre ont été citées au sujet du bitcoin, sans que l'idée ne dépasse le statut de brève sur des sites spécialisés.

L'affaire du Liberland, porté par une sorte d'entrepreneur politique d'inspiration libérale, est plus complexe juridiquement, parce que ni la Croatie ni la Serbie n'admettent le point de vue du fondateur selon lequel les territoires contestés seraient terra nullius, chacune considérant ces territoires comme appartenant à l'autre ! Le Liberland a indiqué plusieurs fois son intérêt pour le bitcoin mais sa volonté trop manifeste de s'ériger en paradis fiscal lui donne bien peu de chances à terme. De toute façon peut-on entretenir avec quelques militants un Etat souverain dans un palud perdu du Danube ?

le iberland

De par le monde, des imaginatifs animés par une passion de Robinson revisitée à la mode écolo ou mus par les convictions mystiques que suscitent (chez certains) la lecture d'Ayn Rand ont donc clamé qu'ils allaient construire de toutes pièces des kibboutz libertaires ou des îles égoïstes, et qu'ils se proposeraient d'y adopter Bitcoin. A ce jour, là encore, on ne dépasse guère l'effet d'annonce.

l'île au trésor

Il y a des spécialistes de ces micro-nations, monarchies privées et autres républiques pirates, comme Bruno Fuligni. Cet homme semble avoir recensé tous les arpents de neige, de sable, de corail ou de rocher où un illuminé pourrait un jour décréter, peut-être, que bitcoin (ou une autre devise décentralisée) est sa monnaie officielle.

une riche littérature sur les territoires oubliés

Mais plus riche et plus philosophique encore me semble être le concept de terra nulla que j'ai effleuré en poursuivant la piste de la terra nullius, et qui me parait fournir une clé pour comprendre ce qui est en train de changer dans le monde et dans le cyberespace.

Le même Bruno Fuligni a écrit en 2003 un livre que les Éditions du CNRS ont récemment réimprimé et qui est consacré à l'île Julia dont je trouve la merveilleuse histoire bien plus inspirante que les autres.

Cette île, située au Sud de la Sicile, avait déjà été mentionnée par les Romains; elle était disparue depuis des siècles quand elle fut aperçue en 1701, puis de nouveau en 1831.

Journal de Constant Prévost 831Elle fut explorée alors par un français qui y planta nos couleurs, mais également revendiquée par les Anglais (qui affirmèrent sans preuve y avoir débarqué) et par les Italiens qui la réclamèrent paresseusement de loin. Aussi s'appelle-t-elle Julia, Graham ou Ferdinandea selon les cartes. Son histoire n'est pas la même selon que l'on regarde Wikipedia dans une langue ou dans une autre.

Jusque là, Julia n'est pourtant pas exceptionnelle. Bien d'autres îles sont l'objet de telles chicanes.

La particularité de Julia, disparue dès 1832 alors que sa récente apparition avait suscité une crise diplomatique, puis réapparue en 1863, visitée par Walter Scott, mentionnée par Alexandre Dumas puis par Jules Verne, ayant même inspiré Terry Pratchett (Va-t-en-guerre) c'est... qu'elle n'est peut-être pas la même île à chaque fois. La mer "efface" pour ainsi dire les sols meubles que les éruptions font apparaître. Juridiquement, cela n'est pas sans conséquence.

Ferdinandea à 8 mètres sous l'eau

Fuligni en tire une conclusion en forme de méditation que (avec son accord dont je le remercie) je reproduis ici in extenso. Pourquoi ? Parce que tout ce qui touche à la possibilité d'un espace aux structures différentes du nôtre me parait pouvoir contenir un enseignement sur la structure de ce cyberespace que tant de politiques à gros sabots souhaitent soumettre à leur "souveraineté" comme s'il s'agissait d'un territoire physique, cartographié, permanent.

Quant à Bitcoin, il est pour moi moneta nullae terrae, la monnaie d'aucune terre, fût-elle à découvrir ou à façonner. Mais peut-être de projets apparaissant à la surface des flots du cyberespace ?

Je laisse ici chacun rêver.

"On n'y songe pas assez, mais c'est peut-être dans la permanence des territoires habités que réside la cause de tous les mots dont souffre l'humanité. L'injustice et l'arbitraire, la bêtise et la violence, pourraient-ils prospérer aussi bien sur un socle instable, changeant, qui obligerait la société à se remettre en question périodiquement ? La propriété, l'héritage, la coutume, sont conceptions de terriens bien assis. Rien de tel sur l'île Julia. Qu'elle sorte des eaux, la société qui viendrait à s'y établir aurait une claire conscience de sa précarité. Elle ne bâtirait rien de pondéreux ni de matériel, que de la fantaisie et de la légèreté, prête à prendre le large au premier séisme. Quand bien même la vanité humaine ferait éclore de ces obscurs groupements d'intérêts politiques et économiques qui dominent partout ailleurs, l'île en laverait son sol par une nouvelle plongée dont elle ressortirait plus pure encore. A Julia, pas de notables installés sur leurs terres, pas d'institutions surannées, pas de fortunes garanties, pas d'usure, pas de marchands, pas de stocks, rien de vil. Richesse naturelle : le temps qui passe. Activité principale : indolence et farniente. Son sous-développement irrémédiable fait d'elle l'ultime réuit de l'idéal. C'est tout le charme de l'île Julia."

L'île à éclipses"Les grandes utopies ont échoué parce qu'elles demandaient trop à la faiblesse humaine, parce qu'il s'agissait d'utopies pour convaincus, militantes et arrogantes, qui ont voulu nier la nature essentiellement dubitatives de l'homme. Julia, au contraire, est une utopie pour sceptique, une utopie pour ceux qui ne croient en rien. Jules Verne neurasthénique, Walter Scott au seuil de la mort l'ont aimée pour son nihilisme absolu. Julia n'est ni socialiste ni capitaliste, ni fédéraliste ni nationaliste, ni européenne ni africaine : elle est la thébaïde du monde où l'esprit seul a droit de résidence. Au moment où les prophètes de malheur annoncent le "choc des civilisations", il faut donc attendre comme un signe d'espoir le retour de l'île Julia, au milieu de la Méditerranée, à équidistance entre l'Islam et la Chrétienté. Les mécréants n'ont ni église ni mosquée; les sceptiques n'ont pas de parti, pas de milice, pas d'armée pour les défendre. A tous ceux qui doutent, qui hésitent, qui s'interrogent, aux rêveurs et aux jouisseurs, aux inconstants et aux inconséquents, il reste au moins l'île Julia. Son émergence n'est même pas nécessaire à leur contentement. L'île est pour eux une terre d'élection. Pas besoin de s'y installer. Il suffit qu'il soit possible d'y songer".

Promenade à Julia et ailleurs :