128 - « Contre l'ignorance... »

A l'occasion de la journée mondiale contre l'ignorance et les préjugés, un certain nombre d'instances de la  cryptosphère  ont pris acte de la nécessité d'une campagne de sensibilisation et de pédagogie autour de la cryptomonnaie.

Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas dans les couloirs souterrains de la RATP (pourtant la mère de tous les réseaux) qu'ont fleuri les nouvelles affiches mais plutôt sur les abribus de la France entière. Un choix stratégique sur lequel nous reviendrons.

Il s'agit, ont dit les initiateurs de cette campagne, de  favoriser l'acceptation et la reconnaissance des expériences monétaires au sein de la société de marché dans l'esprit d'une concurrence libre, loyale et non faussée, tout en luttant contre les actes d'intimidation et de moquerie .

Le slogan est simple : « Contre l'ignorance, à nous de diffuser la connaissance ».

Il est clair en effet que si 99% des arguments diffusés par Radio-Banque et Télé-Finance sont des billevesées, et si les no-coineurs du Café du Commerce n'ont comme source d'information que des sottises compilées, le trollage en  meute sectaire  par des geeks hargneux et dysorthographiques ne convaincra jamais à lui-seul les personnes sujettes aux préjugés verticaux de la société patriarcale et aux stéréotypes pseudo-aristotéliciens encore présents dans trop de mentalités.

Le salut des bullshiteurs, des nocoineurs, des régulateurs compulsifs et des économistes attardés passe par l'éducation !

Dans un souci budgétaire dû à la faiblesse (relative) des cours, on a repris sans fausse honte les visuels qui ont servi deux ans de suite et malgré les critiques suscitées, à la campagne contre les discriminations et violences subies par les personnes LGBT+.

Cependant le défaut majeur de ladite campagne (le fait de placer systématiquement au centre et en lumière la personne implicitement présentée comme normale) a été gommé, la mise en valeur visuelle étant offerte tantôt à la bitcoineuse ou au bitcoineur, tantôt à la personne qu'elle ou il se propose de réconforter et d'instruire gentiment.

La Voie du Bitcoin est heureuse de compter au nombre des partenaires de cette opération avec ces institutions que sont les sites d'information Bitcoin.fr et Le Journal du Coin et des associations comme Le Cercle du Coin, la belge Be-Crypto et la suisse B2Bitcoin.

On trouvera ci dessous les cinq affiches de la campagne.

À noter ici l'amusant clin d'œil à un fameux financier et économiste français, idole des esprits progressistes et des champions de vertu au tournant du siècle quand il comptait dans ses écuries la moitié de la classe dirigeante actuelle, mais qui figure désormais parmi les 600 français recensés dans les Pandora Papers.

Il est volontairement difficile de préciser laquelle des deux personnes est censée figurer la députée.

On saluera le vigoureux maximalisme de cette campagne dont témoignent amplement les deux affiches précédentes.

La communauté est parfaitement informée de la nature spéculative de Bitcoin. Elle connait l'attrait que l'appât grossier d'un gain rapide peut susciter chez quelques jeunes personnes que leurs parents n'ont pas dotées d'un paquet d'actions du CAC 40 ou qui, n'étant pas passé par les grands corps de l'Etat, risquent de ne jamais jouir d'un salaire à 8 chiffres. Les personnes victimes de ce genre de cupidité sont accueillies et accompagnées avec tact.

Il reste à préciser les raisons qui ont conduit à préférer les abribus.

Outre la saturation de l'espace du métro par Bitcoin (lire ici et ) certains ont avancé un argument simple : en temps d'inflation Bitcoin offrirait un  abri . Mais le débat suscité (sur le sujet dit SoV) risquant de tourner à l'aigre, plusieurs amis mathématiciens ont opportunément souligné la similarité entre l'observation empirique du temps d'attente dans lesdits abribus et celle du temps de validation des blocs sur la blockchain Bitcoin.

L'affichage sur les abribus se veut donc un rappel subliminal mais opportun des vertus de la loi dite exponentielle, une loi qui modélise la durée de vie d’un phénomène sans mémoire, sans vieillissement et sans usure, pour lequel le fait qu’il ait déjà duré un certain temps jusqu’au temps t ne change rien à son espérance de durée à partir du temps t.

Ce n’est pas un point de détail, comme nous le rappelle savamment le Président du Cercle du Coin :  le fait que SHA-256 soit une bonne fonction de hashage, sans défaut, entraine le fait que le temps de résolution d'un hash suive une loi exponentielle. C'est quelque chose que l'on retrouve lorsque l’on examine les chances d’un attaquant . Voilà qui est dit. La chose se défend, en somme...

Continuez de vous instruire vous-mêmes et de diffuser la connaissance autour de vous !

Commentaires

1. Le 10 juin 2022, 11h11 par Jean-Luc Mordoh

Joli texte.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.lavoiedubitcoin.info/trackback/2124

Fil des commentaires de ce billet