136 - Les trois générations

Au moment où des hauts-fonctionnaires enfants et petits enfants spirituels de Gérard Théry (1933- 2021) veulent enterrer Bitcoin (au besoin après l'avoir étouffé eux-mêmes) pour se donner la satisfaction de conforter leur conception obsolète du monde mais aussi pour le profit des banquiers et la vanité de politiciens sans vision, il m'a paru important de donner sur mon blog la traduction d' un article qui permet de replacer les bourrasques dans la perspective d'un voyage au long cours.

Cet article a été publié par Aleksandar Svetski, fondateur du Bitcoin Times, auteur de The UnCommunist Manifesto et de la série virale (et controversée) Remnant, par ailleurs responsable de la croissance et de la stratégie chez Lucent Labs.

Sa  théorie des trois générations  ne pouvait que tirer l'oeil d'un historien... et je remercie mon ami et co-auteur Adli Takkal Bataille, président de notre  Cercle du Coin  de m'en avoir signalé l'importance.

L'illustration est issue de la publication originale que l'on trouve sur le site de Bitcoin Magazine et sur celui de Zerohedge

Voici la traduction de l'article. Mes commentaires sont placés en dessous, comme il sied à des commentaires.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Les bitcoiners sont connus pour leur capacité à surestimer la vitesse avec laquelle Bitcoin va  envahir le monde  et devenir  une monnaie largement acceptée .

J'ai longtemps appartenu à ce camp, mais j'en suis venu à penser différemment ces derniers temps. Avant de m'accuser d'avoir déserté ou de me traiter de fainéant, je vous demande de lire la suite et de réserver votre opinion jusqu'à la fin. J'aime à penser que je mûris dans ma façon de considérer Bitcoin. Voyez-y de la tempérance, de la patience ou une dose d'humilité, mais j'essaie d'ajouter un peu de réalisme, ou une  préférence pour le temps long  à la perception souvent surexcitée de Bitcoin parmi certains d'entre nous.

Mais, comme vous le remarquerez, je pense qu'à long terme, aucun d'entre nous n'est  assez haussier  (chapeau bas devant CK).

Allons-y...

BITCOIN EST UNE TRANSFORMATION TECHNIQUE, SOCIALE ET ÉCONOMIQUE

Bien des gens sont très prompts à projeter les courbes d'adoption de technologies antérieures sur les perspectives de Bitcoin. Mais le problème est que Bitcoin n'est pas une simple technologie.

Il ne s'agit pas seulement d'un smartphone, d'un ordinateur, d'un réseau social, d'une nouvelle action ou d'un nouveau titre, d'une nouvelle méthode de paiement, d'un moteur de recherche, d'une plateforme de messagerie ou de tout autre nouveau produit, application ou service.

Bitcoin est une transformation complète, technique, sociale et économique. Il s'agit d'une réinvention de l'argent depuis ses fondements mêmes, incompatible avec toute primitive antérieure.

Il s'agit donc non seulement d'un changement d'une ampleur considérable, mais aussi d'un changement complètement différent sur le plan paradigmatique. Il y a à cela des avantages comme des obstacles, tous considérables.

Des avantages parce que :

  1. Bitcoin a le plus grand potentiel de croissance que l'on puisse imaginer. Si son offre est fixe et que le marché auquel il s'adresse est celui d'une monnaie mondiale - ce qui implique qu'il sera la mesure par rapport à laquelle chaque action, propriété, entreprise, véhicule, sac à main ou quoi que ce soit existant sur terre sera évalué - il s'ensuit que le bitcoin sera, à terme,  l'unité de valeur  la plus liquide et la plus précieuse de la planète.
  2. S'il est incompatible avec l'ordre ancien, il offre véritablement un changement de paradigme. Et s'il est supérieur (ce qui a été prouvé dans toutes les dimensions importantes en ce qui concerne sa fonction de monnaie), alors il ne se contentera pas de  concurrencer  l'ancienne garde, mais il la remplacera complètement. Il ne s'agit pas du  découpage d'un nouveau marché , mais d'une transformation de type  gagnant-gagnant  et, fondamentalement, d'une transformation de type  changement de la nature du jeu . C'est beaucoup plus important.

Des obstacles parce que :

  1. Une telle transformation n'est pas une mince affaire. Devenir une monnaie mondiale ne sera pas une promenade de santé ; ce ne sera pas facile, il y aura beaucoup, beaucoup de vents contraires et des cadavres jalonneront le parcours. Le changement est difficile, même dans les meilleurs moments et avec les contreparties les plus volontaires. Nous n'avons ni les uns ni les autres de notre côté.
  2. La nature des changements de paradigme est telle que la plupart des gens ne les voient pas et même lorsqu'ils les voient ils les comprennent rarement. Il faut donc un certain temps pour atteindre une masse critique (quelle que soit la signification de cette mesure) et beaucoup plus de temps pour parvenir à ce que l'on appelle  l'adoption de masse . De plus, les gens n'aiment pas avoir tort, en particulier les gens qui sont en place, de sorte qu'outre le facteur temps, il faut compter avec les réactions négatives et les moqueries de tout le monde.

Il s'agit là d'obstacles réels qu'il est nécessaire de reconnaître. Vous ne pouvez pas simplement fermer les yeux et les oreilles, tweeter que  Bitcoin règle le problème  et prétendre que tout va bien se passer parce que  Number go Up . Non.

Nous devons comprendre que nous jouons  le plus grand jeu , comme dirait Jeff Booth, c'est à dire que nous jouons avec les plus grands enjeux, pour les plus grands gains, contre les plus grands ennemis - à la fois externes et internes. Nous nous battons à la fois contre l'establishment et contre les cultures dans lesquelles nous avons été élevés.

Il y a plus de changements à opérer qu'aucun d'entre nous ne peut l'imaginer.

Je ne dis pas cela pour vous décourager de Bitcoin ou pour vous donner l'impression que  bon sang - je vais mourir avant de voir le bon côté des choses , mais pour : a) vous suggérer que c'est probablement plus important que vous ne le pensiez, et b) pour vous inciter à un peu de réalisme afin que vous puissiez vous préparer mentalement et cesser de jouer à des jeux à court terme. Vous devez vous préparer.

Le bitcoin est un marathon, pas un sprint.

LA THÉORIE DES TROIS GÉNÉRATIONS

Les changements socio-économiques à grande échelle prennent des générations pour s'installer et se normaliser. La vieille garde doit mourir, pour ainsi dire, afin que ceux qui sont nés dans le nouveau paradigme puissent prendre les commandes.

Or chaque génération représente un changement de paradigme en soi, et chaque changement successif apportera avec lui une compréhension et une relation totalement nouvelles avec Bitcoin.

Explorons tout cela...

PREMIÈRE GÉNÉRATION : LA PHASE D'INFECTION

Nous sommes dans la première génération de Bitcoin. Appelons cela le premier chapitre, ou la première  ère . Cette ère ou cette génération s'étendra sur 20 ans et constituera la  phase d'infection  de Bitcoin.

Je l'appelle ainsi parce qu'à ce stade, Bitcoin infecte le système. Il s'agit d'une sorte de virus qui s'accroche à des hôtes qui agissent alors de manière à ce qu'il se propage davantage. Son but est d'infecter les infrastructures clés, les esprits clés, les leviers clés et les systèmes clés du paradigme actuel. Il doit d'abord s'infiltrer le plus discrètement possible, puis former une sorte de symbiose avec l'hôte au fur et à mesure qu'il se développe, de sorte qu'il en résulte des avantages mutuels pour l'ensemble toujours plus grand d'hôtes et aussi pour le virus Bitcoin.

Nous avons vu cela se produire.

À ce stade, Bitcoin devait prouver que quelqu'un l'échangerait contre de l'argent (ou contre une pizza). Il devait présenter une  preuve de concept  commerciale significative, ce qu'il a fait avec la Silk Road. Il a dû franchir une première étape de monétisation (Mt. Gox) et inspirer toute une industrie d'imitateurs parce que ce qu'il faisait était tellement transformateur - ce que nous avons vu avec les shitcoins.

Cette évolution s'accompagne d'un grand nombre de spéculations, jusqu'à ce que nous atteignions finalement une part suffisamment importante de la capitalisation totale du marché ou de la liquidité pour que puisse s'effectuer une transition vers le nouveau paradigme.

Nous sommes en plein milieu de la mini-ère de spéculation de cette première génération, ou de la phase d'infection des débuts de Bitcoin.

Alors que certains d'entre nous, les radicaux, considèrent et utilisent le bitcoin comme de l'argent et comme notre unité de compte, le reste du monde le considère généralement comme un actif spéculatif, ou quelque chose avec laquelle on  trade  pour obtenir encore davantage de dollars. Ce n'est pas pour rien que Bitcoin est corrélé aux marchés, et même s'il y a des signes de découplage, il est encore tôt et les gens continueront à court terme à le considérer comme un actif  à risque .

Certains qualifient cette situation de  mauvaise  et affirment qu'elle trahit la promesse initiale de Bitcoin, mais je pense qu'ils passent à côté de l'essentiel. L'argent fait tourner le monde, et jamais plus que dans le monde moderne et matériel dans lequel nous vivons.

Par conséquent, pour avoir le plus grand impact et assurer la symbiose la plus efficace, Bitcoin doit être un animal économique et financier. Pour réparer la débauche financière, Bitcoin doit englober la débauche et ensuite, lentement, comme un virus (même si dans le cas de Bitcoin, il s'agit plutôt d'un anti-virus), infecter les hôtes et commencer à les changer.

L'allongement de la préférence temporelle et derrière, l'adaptation et la maturation du comportement des gens sont un exemple fréquent de cet effet. Pour en savoir plus, consultez l'article de Saifedean Ammous dans l'édition autrichienne du Bitcoin Times :  Making Time Preference Low Again .

Voilà, c'est ça : nous sommes dans la première génération, sur une période de 20 ans. Nous en sommes à 15 ans et nous sommes sur la bonne voie. Il nous reste encore cinq ans avant d'entrer dans la prochaine génération, et au cours de ces cinq années, nous assisterons à deux nouveaux halvings, à une énorme activité de spéculation et à une véritable accélération vers l'état de liquidité ou de saturation de la capitalisation du marché que j'ai mentionné plus tôt.

Dans le même temps, en coulisses, des choses se seront construites pour préparer le terrain à la prochaine génération. Ce qui nous amène bien sûr à cette...

DEUXIÈME GÉNÉRATION : L'ÉTAPE DE L'INFRASTRUCTURE

Imaginez que vous êtes né en 2009, la même année que Bitcoin.

Vous grandissez et devenez adulte dans un monde où Bitcoin a toujours existé. Pour vous, en tant qu'enfant, il va de soi que l'argent est une chose numérique, et l'idée compliquée d'ouvrir un compte en banque ou de se promener avec des billets imprimés et des cartes en plastique vous est étrangère ou vous semble étrange.

En 2029, vous allez avoir 20 ans et peut-être que la spéculation ne vous a pas encore vraiment effleuré l'esprit. Peut-être voyez-vous plutôt un problème à résoudre et considérez-vous simplement Bitcoin comme un outil pour vous aider à le résoudre.

Gardez à l'esprit qu'à ce stade, le prix du bitcoin serait nettement plus élevé et sa volatilité plus faible. Des éléments comme le Lightning Network seront plus avancés, ainsi que d'autres protocoles en surcouche ancrés sur Bitcoin. En tant que tel, vous considérez toute cette infrastructure émergente comme une boîte à outils et non comme un actif spéculatif. En fait, vous pouvez considérer d'autres choses de la même manière et choisir de jouer avec elles, mais parce que a) le bitcoin a mûri et que la volatilité s'est un peu atténuée, et b) de nombreux services proposent désormais le bitcoin comme option de financement, vous décidez que c'est la norme par rapport à laquelle vous mesurerez vos gains. Ce n'est plus l'actif spéculatif qui prime.

Il est même possible que vos parents aient été des bitcoiners de la première génération et qu'ils vous aient enseigné les principes ou transmis Bitcoin et que vous ayez grandi immergé dedans. Ainsi, non seulement Bitcoin est quelque chose qui a toujours existé  pour vous mais c'est aussi quelque chose que vous comprenez profondément.

Il ne s'agit pas non plus d'idées farfelues, compte tenu de l'époque dans laquelle vous avez grandi. Imaginez comment vous et ceux de votre génération verront Bitcoin et comment vous l'utiliserez. Complètement différemment, oui.

C'est pourquoi je considère la prochaine étape comme celle de l'outillage ou de l'infrastructure. À cette époque, le bitcoin quittera enfin les spéculateurs pour entrer dans le cœur, l'esprit et les mains des bâtisseurs.

Les jeunes de 20 ans qui lèveront des capitaux et créeront des entreprises à cette époque utiliseront Bitcoin, Lightning et d'autres couches comme des outils qui leur donneront un tel avantage dans le monde que nous verrons toute une gamme de produits et de services qui intègreront l'argent dans leurs opérations, de la même manière que la communication a été intégrée dans tout ce que nous utilisons aujourd'hui.

Les incitations évolueront de telle sorte que le fait d'avoir Bitcoin et ses surcouches dans votre boîte à outils vous donnera des super-pouvoirs.

Mais... gardez à l'esprit que pendant une grande partie de cette ère, la génération précédente tiendra encore les cordons de la bourse. Il y aura toujours un élément culturel et normatif qui considérera Bitcoin comme étranger ou spéculatif et qui, malgré  tout ce qui se passe , se battra encore pour s'accrocher au passé.

Cette époque sera celle du choc entre les nouveaux bâtisseurs et les bitcoiners de la première génération, d'un côté, et l'élite résiduelle de l'ancien monde qui possède encore une grande partie de la richesse fiduciaire (actions, obligations, propriétés, entreprises, shitcoins, etc.) Les bitcoiners de la première et de la deuxième génération, en particulier au début de cette ère, seront encore en infériorité numérique. Mais bien sûr, aucun grand homme n'a jamais renoncé à se battre, quelles que soient les circonstances.

Si l'on prolonge cette période de 20 ans, jusqu'en 2049, je ne pense pas qu'aucun d'entre nous puisse imaginer le type d'infrastructure, de produits et de services qui en résulteront, ni l'ampleur du changement qui s'ensuivra. Ce qui m'amène bien sûr à la...

TROISIÈME GÉNÉRATION : LE STADE DE L'ADOPTION MASSIVE

C'est la génération de l'adoption massive. C'est là que les enfants de nos enfants atteindront l'âge adulte. Ils n'auront vraiment pas connu un monde dans lequel Bitcoin n'existait pas et pourraient même entrer dans l'âge adulte sans savoir ce qu'était la monnaie fiduciaire.

À la fin de cette ère, les derniers vestiges de notre génération commenceront à s'éteindre et le ruban adhésif qui maintenait l'ancienne infrastructure en place cédera. La cité de la monnaie fiduciaire sera abandonnée. Nous entrerons dans la phase d'adoption par le grand public.

Vous vous dites peut-être :  Mais non ! Ça se passera bien plus vite parce que... regardez toutes les technologies qui seront construites d'ici là .

À quoi je vous répondrais :  Bien sûr, beaucoup de technologies seront construites à ce moment-là, mais je suis presque certain qu'un nombre important de personnes hésiteront encore à vendre leur maison, leur voiture, leurs produits ou leurs services pour de l'argent magique sur Internet .

Ce nombre aura considérablement diminué, mais si vous pensez que les gouvernements, les grandes entreprises et les personnes qui ont réussi dans la vie grâce à un seul mode de fonctionnement vont tout miser et faire confiance à une monnaie vieille de 40 ans plutôt qu'à des choses comme la forme de propriété qui existe depuis des milliers d'années, alors vous vous faites des illusions.

Bitcoin est la voie à suivre, mais la richesse doit d'abord changer de mains et cela prendra du temps. C'est pourquoi je pense que c'est à la troisième génération qu'adviendra la phase d'adoption massive. Elle arrivera à l'âge adulte dans un monde où nous disposerons d'une technologie financière supérieure et d'une infrastructure économique qui permettra aux gens d'utiliser Bitcoin comme capital. Il s'agit de la forme de capital la plus liquide, la plus largement accessible, la plus significative et la plus fiable qui soit.

Si l'on se place en 2069, le monde sera complètement différent. C'est à ce moment-là que Bitcoin arrivera vraiment à maturité. C'est le moment où la monnaie fiat sera supprimée, mourra ou deviendra une relique du passé, tandis que Bitcoin deviendra à la fois une infrastructure de règlement mondiale et la monnaie mondiale.

C'est le moment où Bitcoin ou un protocole en surcouche ancré dans Bitcoin fera partie intégrante de presque toutes les applications technologiques utilisées par des personnes du monde entier.

À ce stade, Bitcoin ne sera plus le virus ; il se sera uni à un nouvel hôte et même l'aura créé.

Je ne sais pas ce qui se passera ensuite. Mais il est passionnant d'y penser. Nous serons alors dans un tout nouveau paradigme.

POUR LES ENFANTS DE NOS ENFANTS

Vous remarquerez que mes certitudes sur ce qui se passera à chaque étape diminuent au fur et à mesure que l'on s'éloigne dans le temps. Je suis assez sûr de ce que nous réservent les cinq prochaines années, et j'ai un certain niveau de confiance pour au moins la première moitié de la deuxième ère, mais au-delà, je ne peux que supposer et donner les grandes lignes de ce qui est probable.

C'est parce que je suis un humain et que les humains sous-estiment toujours les effets composés, alors que Bitcoin est sujet à plus d'effets composés que pratiquement tout ce que nous connaissons (au moins en tant qu'actif, si ce n'est même pour d'autres choses). À chaque jour qui passe, à chaque nouveau satoshi détenu par chaque nouvel utilisateur, à chaque nouveau mineur qui se branche, à chaque nouveau commerçant qui accepte Bitcoin, à chaque nouveau nœud qui fonctionne et à chaque nouveau canal Lightning qui s'ouvre, Bitcoin se compose et se développe.

Aucun d'entre nous n'est prêt à affronter ce que cela signifie pour trois générations entières et, malheureusement, beaucoup d'entre nous ne vivront pas assez longtemps pour le voir. Mais c'est le sort qui nous est échu !

Notre génération a reçu le cadeau de pouvoir compter parmi les pères fondateurs d'un monde nouveau, mais aussi la malédiction d'endurer un monde de clowns pour prix de ce privilège. Bien que nous ne puissions pas vraiment profiter des fruits de ce travail, nous aurons été la génération qui restera dans les livres d'histoire comme celle qui a tout changé.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais c'est un marché qui vaut la peine d'être conclu.

Les bitcoiners de la première génération sont comme ceux qui ont posé les fondations et les premières pierres des cathédrales de l'Antiquité et de l'époque féodale. Ils ne vivront jamais assez longtemps pour voir ces structures achevées, mais ils resteront à jamais dans les mémoires en tant que fondateurs.

Et qui sait ? Peut-être regarderons-nous depuis l'autre monde et admirerons-nous ce que nous avons fait, comme ces grands qui nous ont précédés l'ont fait pour leurs créations.

Je n'en sais rien.

Ce qui compte, et je vous laisse sur ce point, c'est de reconnaître que Bitcoin est un phénomène pluri-générationnel. Ce n'est pas Google, Apple, Facebook, Twitter, un smartphone, PayPal, Visa, une action ou une simple marchandise. Il est bien plus important que tous ces éléments réunis et, en raison de son importance fondamentale, il faudra du temps pour que les gens l'adoptent.

Il faudra quelques générations pour que cela se normalise. Il faudra que nous mourions pour qu'il atteigne son potentiel - non pas que nous devions être fusillés, mais notre génération doit céder la place à la suivante et à la suivante pour que le nouveau paradigme s'installe vraiment. Une fois que nous aurons disparu, Bitcoin s'épanouira vraiment.

J'espère que vous garderez cela à l'esprit lorsque vous penserez à Bitcoin.

Nous devons faire attention à ne pas projeter sur lui des courbes d'adoption de la technologie et, en cas de déception, tenter de le bricoler. Ce qui n'est pas cassé n'a pas toujours besoin d'être réparé ou mis à jour et, en fait, la principale caractéristique de Bitcoin est peut-être le fait qu'il ne changera pas, ou très peu, sur les échelles de temps que j'ai évoquées dans cet essai.

Si les règles de consensus de Bitcoin sont restées inchangées et qu'il reste tick-tock, next block'd pendant trois, quatre, cinq décennies, alors les gens auront naturellement développé ce qui compte le plus pour une nouvelle norme et un nouveau paradigme socio-économiques : la confiance.

Et même si les bitcoiners détestent ce mot, la confiance est importante - la vérité est que l'on fait le plus confiance à ce que l'on peut vérifier. C'est pourquoi Bitcoin sera en fin de compte la couche monétaire, économique et de communication la plus fiable de la planète, après quelques générations.

Commentaires

1. Le 8 mars 2023, 04h26 par Jacques Favier

Présenter ici ce texte ne signifie évidemment pas que je souscrive en détail à toutes ses analyses.

Je souhaite attirer l'attention sur quelques points qui sont dans le droit fil de mes critiques exprimées il y a deux ans, alors que s'ouvrait le crypto-hiver, dans mon billet  Un bon croquis, vraiment ? contre l'utilisation abusive de petits dessins au prétexte qu'ils seraient supérieurs à de savants discours et ajouter quelques remarques d'historien.

  1. Je suis d'accord avec l'auteur : même mieux documentée, la superposition de la courbe d'adoption de Bitcoin (et son extrapolation) sur celles de diverses technologies ou nouveautés est à peine mieux fondée que la superposition opérée depuis 2018 par la Banque de France entre la « courbe du Bitcoin » et celle des Tulipes 
  2. Un point que n'évoque pas Svetski (sinon indirectement dans son anaphore à chaque...  c'est que la diversité des parties autour de Bitcoin (mineurs, utiisateurs, développeurs etc) rend un peu problématique d'en mesurer de manière calculable la progression de « son utilisation »
  3. Malgré un ton sententieux que l'auteur assume in fine  et par jeu, posant au grand-père OG, son texte n'est cependant pas un récit psychologisant (comme ceux de Rodrigue mais aussi de Minsky ou de Kübler-Ross) mais une anticipation possible (et selon moi plausible) du futur, d'où le très raisonnable caveat sur la probabilité décroissante de ses prophéties.
  4. S'il situe bien le problème des effets composés, il me semble qu'il omet complètement les rétroactions. Un exemple célèbre, et que j'ai plusieurs fois cité, est celui de la conversion de l'empire romain au christianisme : l'empire devient chrétien, certes (au bout  d'une dizaine de générations...) mais le christianisme de Constantinople est-il le même que celui des premières assemblées dans les catacombes ?
  5. Il résoud implicitement, donc hélas sans se justifier, une difficultée souvent laissée en suspend : la durée de ces fameuses générations. On voit le mot utilisé pour découper des tranches de durée plus courtes (14 ans , voire parfois moins) et dont les pivots sont généralement des produits symboles plus que des idées (ce qui traduit surout l'influence du marketing sur ce type de réflexion). Pourquoi pas 20 ans ? Cela fait 5 halvings (auront-ils la même importance en 2049 ou 2069?) mais cela ne mesure que bien rarement l'écart d'âge entre parents et enfants, dont il est pourtant question ici, et qui tend comme on le sait à dépasser maintenant les 30 ans. On me dira que l'écart à mesurer serait plutôt celui qui sépare les junios de leurs boss dans les entreprises. 
  6. Je ne peux quoi qu'il en soit qu'applaudir son plaidoyer pour le « temps long » quand tant de discours (hype, marketing et ready-thought) s'articule sur un diptyque « avant/maintenant » découpant l'histoire écrite de l'humanité en deux périodes seulement, de respectivemnt 6000 et 5 ans. Peut-être parce que mon âge m'expose constamment au désinvolte « OK boomer » adressé indistinctement à tout adversaire de plus de 50 ans (et encore...) et plus sûrement parce que ma formation d'historien m'a inculqué le respect d'une exacte échelle du temps : Cléopâtre reste plus proche de nous que des constructeurs de la Grande Pyramide, ici implicitement mise, d'ailleurs, dans le même sac que les cathédrales médiévales...
2. Le 9 mars 2023, 10h19 par Victarion

Concernant le point 5 et la durée des générations, je suppose que l'auteur fait référence au célèbre bouquin "The Fourth Turning" de Strauss & Howe.
Les auteurs y développent la these que l'histoire répond à un mouvement de balancier et qu'un changement de paradigme s'opere toutes les quatres générations (approximativement 80 ans).

_________________

C'est clair, mais je me méfie quand même de l'emploi parfois très extensif de ce mot, parce qu'on projette ainsi certaines choses, "conflit de génération" par exemple, sur d'autres comme l'évolution des techno. Cf. l'absolue certitude de tous les jeunes d'être plus au fait des choses que n'importe quel boomer. Or ce n'est pas si simple. Les êtres humains ne forment pas une classe d'âge "à la façon dont un sac repli de pommes de terre forme un sac de pommes de terre" .  Et les générations concrètes dans une même famille peuvent varier de 20 à 50 ans (et plus).

En matière de rapport à Bitcoin, mieux vaudrait, je crois, parler de "vagues" ...

JF

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.lavoiedubitcoin.info/trackback/2155

Fil des commentaires de ce billet