132 - La soupe (bis repetita)

Immense émotion au MOMA de New York où des activistes crypto ont aspergé la célèbre toile d'Andy Campbell's Soup Cans (1962) avec une importante quantité de soupe à la citrouille. Les éditorialistes de BFMCrypto semblent les premiers à avoir tenté une réponse à la question qui a immédiatement agité les autres plateaux télé : le choix de cette cucurbitacée doit-il, en ce jour de fête d'Halloween, être considéré comme intentionnel ou accidentel ?

La dimension identitaire de cette soupe orange une fois éclaircie et la date du 31 octobre savamment replacée dans l'histoire du mouvement crypto, sans doute convient-il d'écouter les activistes eux-mêmes ?

Nous respectons la mémoire d'Andy Wahrol  ont d'abord tenu à déclarer les deux forcenés :  il a en effet inventé le caractère essentiel de notre époque, avec son quart d'heure de célébrité pour tous les couillons .

Alors ? Pourquoi tant de soupe ?

Il est clair que c'est la multiplication sans limite des boites de soupe à la tomate qui était dans le viseur de ces intégristes de la monnaie rare.  Rien n'interdit au système, aujourd'hui, d'émettre de nouveaux tableaux, de faire tourner la planche à posters ou à cartes postales de façon inflationniste, et ceci sans le moindre rapport avec la production réelle de tomates  ont-ils protesté.

Certes la technologie des NFT permettrait en théorie de mieux suivre cette dangereuse inflation de tomates. C'est d'ailleurs ce qu'a proposé Bruno Le Maire, nouvel apologète de ces tokens qui lui rappellent les cadeaux Bonux de son enfance.

Alors ? Les deux activistes ont semblé soudain beaucoup moins déterminés, car le choix de la blockchain sous-jacente divise manifestement cette communauté.

Christine Lagarde quant à elle a résumé la sidération de l'élite mondiale devant cet attentat :  The tomato soup has (euh euh) just pretty much come about from nowhere  a-t-elle expliqué avec sa concision coutumière.

Les bitcoineurs, faut-il le rappeler, entretiennent une relation ancienne avec le potage. Ils avaient d'ailleurs embrigadé l'iconique soupe à la tomate jadis.

Le mot de soupe avait d'ailleurs servi à décrire Bitcoin lui-même ! C'était il y a déjà cinq ans, du temps que l'éminent Pascal Ordonneau poursuivait une vaillante croisade contre une monnaie qui pour lui  ne doit son existence qu'à une soupe informatique de 0 et de 1 . Depuis lors, cet esprit distingué semble avoir arrêté d'écrire sur ce qu'il ne comprend pas pour en revenir à sa vraie passion : l'art. Il est à craindre cependant que le jet de soupe orange du MOMA ne réveille son obsession...

En attendant les prochaines polémiques, on célèbrera le 31 octobre en relisant mon billet sur la soupe et celui que j'avais intitulé Trick or Treat, deux textes tout en finesse et d'une infinie richesse culturelle.

La discussion continue ailleurs

1. Le 31 oct. 2022, 07h50 par La soupe (bis repetita) – bitcoin.fr – My Blog

La soupe (bis repetita) – bitcoin.fr – My Blog

(…) Article de Jacques Favier à lire sur son blog : la Voie du Bitcoin (…)

URL de rétrolien : http://blog.lavoiedubitcoin.info/trackback/2137

Fil des commentaires de ce billet